Basic instinct

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Mara
    Mara
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2019
    Date d'inscription : 10/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Mara le Sam 12 Mar - 20:43

    J'y tiens, donc, c'est reparti! yeah! yeah! yeah!
    <RAVIE!!!!!! balancoire


    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Rimbaud19780qg

    Né à Nice en 1942. Autodidacte. Ernest Pignon-Ernest collabore à la compagnie de Théâtre Benedetto de 1968 à 1971. A partir de la fin des années 60, il produit ses premières interventions publiques en collant des images en sérigraphie sur des supports urbains. Ce sera dès lors la caractérisque propre de son travail. Ses interventions dans la ville ont le plus souvent un caractère éphémère. L'originalité de sa démarche réside dans l'utilisation créative des lieux qu'il investit.

    Un portrait de l’artiste, pour commencer :
    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Photoartiste0hh

    Quelques-unes de ces oeuvres les plus célèbres, ce sont des sérigraphies, qui datent toutes de 1996, et qui s’intitulent « derrière la vitre » :
    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Derrirlavitre5lx

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Derrirelavitr969bu

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Derrirelavitre963ud

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Derrirelavitre19961zd

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Derrirelavitree966yb

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Derrirlavitre0kh

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Derrirelavitreee967vx

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Derrirrelavitree960yk

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Cabinetlphoniquecouleur6on

    Hommage au photographe-artiste yeah! , je ne sais pas qui c'est mais il a ASSURE!!!
    Mara
    Mara
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2019
    Date d'inscription : 10/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Mara le Sam 12 Mar - 20:44

    Je poursuis avec différentes œuvres, qui sont porteuses d’une interrogation politique, et d’un engagement plus qu’évident.
    Pour la commémoration de la commune de Paris, Pignon Ernest a placé des sérigraphies sur les marches du sacré cœur, édifice construit, d’après ce que j’ai pu lire, selon les vœux d’un évêque hostile aux communards.
    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Lesgisantsdelacommunedeparis19
    les gisants de la commune de Paris, 1971

    il a au même moment placé ceci devant le métro Charonne :
    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Mtrocharonne19719wb

    dans un autre registre :
    les expulsés, 1979
    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Lesexpulss26me

    Ici, un collage qui renvoie aux jumelages de nos villes, le jumelage de Nice, et du Cap, œuvre de 1974 :
    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Juemlagenicelecap26yf

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Jumelagenicelecap744gs

    une intervention à Grenoble, « la bourse du travail », (je n’ai guère trouvé d’autres explications sur ce collage)
    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Grenoblelaboursedutravail4xi

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Grenoblelabourse22ya

    „les immigrés“, sérigraphie, 1975 :
    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Immigrssrigraphie19756gn

    sur l’avortement, sérigraphie, 1975 :
    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Surlavortementsrigraphie19750o
    Mara
    Mara
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2019
    Date d'inscription : 10/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Mara le Sam 12 Mar - 20:46

    Ici, quelques photos où l’on voit des oeuvres que Pignon Ernest a placées dans un village, Uzèches, qui accueillait un festival de musique :

    Voici Beethoven (Prométhée, note que j’ai déliré –si tu te souviens de notre conversation- avec Chateaubriand alors qu’il s’agit bien sûr de Beethoven, dans un portrait très connu de lui, rrrr....LOL)

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Concertbaroquecollegialebeetho

    là une photo de l’artiste et de l’organisateur du festival, en pleine discussion pour convaincre un paysan de les laisser installer Wagner sur son mur...
    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Concertbaroquepaysan9gf

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Concertbaroquecafesport2ba
    (je ne sais qui est représenté ici...)

    "Entretien extrait de Ernest Pignon-Ernest, éditions Herscher, Paris, 1990"


    Dernière édition par le Dim 13 Mar - 22:29, édité 1 fois
    Mara
    Mara
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2019
    Date d'inscription : 10/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Mara le Sam 12 Mar - 20:54

    une expérience de sculpture qui est assez particulière.
    un entretien de pignon ernest, avant de vous donner les photos de la chose...

    En quoi ces sculptures sont-elles vivantes ?

    « Comme les plantes, comme les feuilles, ces sculptures sont des accumulations de cellules végétales mises en forme : il leur faut du soleil, il leur faut de l’eau, sinon elles meurent, elles se dessèchent se décomposent. Elles assimilent la lumière du soleil, la transforme en glucose, en vie ; elles fixent le gaz carbonique et produisent de l’oxygène, elles respirent la nuit. C’est du végétal à forme humaine, traversé par le phénomène de la photosynthèse. Nous les avons conservées plusieurs mois dans la serre du Centre d’Etudes nucléaires de Cadarache. Claude Gudin craignait que la production de chaleur lors de la fabrication ait fragilisé les cellules. Il les a donc en partie réensemencées par injections. Il estimait à environ un milliard le nombre de cellules dans chaque personnage.
    Il ne s’agit pas d’une « enveloppe » plastique remplie de cellules, ni même d’une éponge qui en serait imprégnée. Les cellules de micro-algues sont immobilisées au niveau moléculaire dans le polymère. Découvertes par le professeur Lewin de l’université de San Diego en Californie, elles ont pour nom Porphyridium cruentum et Chlamydomonas mexicana. Le laboratoire de biotechnologie solaire du C.E.N. de Cadarache les a « cultivées » et spécialement multipliées pour notre projet. »

    Où et comment avez-vous intégré ces sculptures dans l’environnement ?

    Une fois résolus les problèmes techniques posés par la réalisation de ces formes, il a fallu s’attaquer à celui de leur intégration dans la nature. La première installation s’est faite dans les Landes. Je les avais réparties sur environ trois cents mètres. On les découvrait en marchant, à travers un parcours proche de ce que je fais avec mes images dans les villes. La seconde fois, je les ai installées au Jardin des Plantes, à Paris. Si à propos de ces Arbrorigènes on a pu parler de recherche plastique sculpturale, celle-ci n’est évidemment pas dans la forme des personnages mais plutôt dans leur intégration à la nature. Il s’agissait de créer des rythmes, des vides, des pleins, de façon à ce que leur découverte et le décalage trouble qu’elles provoquent fassent de l’espace végétal un espace poétique et plastique.
    Que sont devenus ces Arbrorigènes aujourd’hui ?
    Plusieurs sont morts à Venise durant la Biennale de 1986. Je les avais installés à vingt mètres de haut. Ils n’ont pu être assez arrosés et se sont décomposés. Il en reste trois au musée Picasso d’Antibes sur la terrasse, une dizaine au Centre européen d’Action artistique contemporaine dans le parc de Pourtalès à Strasbourg, deux au Jardin des Plantes à Paris, quelques-uns en pension chez des amis...

    Entretien extrait de Ernest Pignon-Ernest, éditions Herscher, Paris, 1990.

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Arbro1pn

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Arbrorigenefemme9cv

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Arbrorigenevisage0oh

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Arbrorignes9ui

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Danslafortduzeste1uz
    Mara
    Mara
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2019
    Date d'inscription : 10/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Mara le Sam 12 Mar - 21:06

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Pasolini19805id
    un hommage à Pasolini.
    Pignon Ernest a placé ceci dans les rues de la ville où vivait Pasolini.
    Cela rappelle dans quel état il a été retrouvé mort : sur une plage, émasculé et ficelé...

    pasolini est représenté sur ce dessin, à gauche, un hommage, et une reproduction du "David et goliath" du Caravage :
    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Davetgoliathdaprslecaravageavc

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Davidetgoliath31jr

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! 1610davidetlattedegoliathlecar
    Le Caravage, david et Goliath.

    nous devons cette image à prom' (j'me suis permis, prom' bise ) tchin !


    Dernière édition par le Dim 13 Mar - 0:58, édité 1 fois
    Gaara
    Gaara
    super posteur

    Nombre de messages : 644
    Localisation : Quelque part dans le monde
    Date d'inscription : 11/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Gaara le Sam 12 Mar - 21:37

    Interressant et super bien presenter ! Bon boulot, bravo ^^
    Mara
    Mara
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2019
    Date d'inscription : 10/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Mara le Sam 12 Mar - 21:47

    Merci Gaara tchin !

    je continue un peu mais j'ai pas tous mes liens que j'avais posté, donc, je vais pas tout vous mettre ce soir...

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Parcoursmauriceaudinalger20030
    un parcours sur Maurice Audin, à alger.

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Audinplaceaudin4bg

    un article sur cette expo :

    Quel a été le déclic qui vous a amené à vous intéresser à l’Algérie ?
    À l’origine, j’ai été invité à participer à une exposition ayant pour thème l’Algérie. Jean-Louis Pradel, qui en est l’organisateur, a fait un vrai travail de recherche, il y aura une vingtaine d’artistes, beaucoup de jeunes algériens qui n’ont jamais exposé en France, des Latinos, des Coréens... C’est assez international, quatre Français. Pour ce qui me concerne, je me suis toujours senti proche de l’Algérie. Ma culture c’est le bassin méditerranéen. À dix-neuf ans, j’ai dû partir en Algérie pour une guerre qui a été l’événement le plus violent de ma vie mais j’ai ressenti là-bas un vrai cousinage. Le village de Kabylie où j’ai débarqué ressemblait à l’arrière pays de Nice dont je suis originaire... des oliviers, des lauriers, des pois chiches... Cette guerre d’Algérie est à l’origine de ma conscience politique. La lecture de la Question d’Henri Alleg a été un choc terrible. Dans l’une de mes premières interventions images à propos de la semaine sanglante de la Commune, j’effectuais cet anachronisme symbolique de coller les images de communards massacrés sur les marches du métro Charonne.

    Comment en êtes-vous arrivé à Maurice Audin ?
    Dès que j’ai réfléchi au thème que je pourrais traiter à propos de l’Algérie m’est apparu évident que je n’étais pas en situation d’évoquer les drames qui traversent l’Algérie d’aujourd’hui. Nous sommes mal placés pour donner des leçons, même si ces difficultés ne sont pas toutes des séquelles du colonialisme. Très vite, il m’est apparu que je devais faire quelque chose, bien sûr lié à l’Algérie, mais qui pose question à la France d’abord. Si, comme je le souhaite, nous voulons renouer avec le peuple algérien, apaiser nos relations, les enrichir, cela ne pourra pas se faire sur le silence ou le mensonge. Il faudra obtenir que la vérité soit dite sur ce qu’a été réellement cette guerre. Dans sa singularité tragique, Maurice Audin incarne une exigence de vérité. Martyrisé, disparu, victime d’un crime toujours non reconnu, non avoué, il nous dit que l’on n’en a toujours pas fini avec " ça ". Avant de me lancer dans ce travail, j’ai rencontré Josette Audin. Sans son assentiment, je ne l’aurais pas fait. Même les silences de Josette Audin disent la violence conjuguée du crime, de la lâcheté et du mensonge qui persiste. Bien sûr, il n’est pas question de faire là de Maurice Audin un martyr à privilégier, parce qu’Européen, de la guerre d’Algérie, mais son martyre a symbolisé et symbolise encore les dérives, les monstruosités de la guerre coloniale et le courage, la dignité, les sacrifices de ceux qui se sont élevés contre cette guerre déshonorante pour notre pays. Tant que son corps n’aura pas été retrouvé, tant que la vérité n’aura pas été dite, son histoire reste à l’ordre du jour, exigeante, aiguë, vivante.

    Comment avez-vous travaillé ?
    Bien sûr, j’ai relu la Question d’Henri Alleg dans laquelle il rappelle ce mot d’Audin - le dernier je crois qui nous ai été rapporté - lorsqu’il le croise dans le lieu du supplice " c’est dur Henri ". J’ai lu l’Affaire Audin de Pierre Vidal-Naquet. Josette Audin m’a donné des photos. Dans le regard de Maurice Audin, il y a un sourire, une jeunesse, une sorte d’espoir, une dynamique. Il avait vingt-quatre ans, trois enfants déjà, des études brillantes, c’est dire qu’il devait croire à l’avenir... Dans mon dessin, j’ai mis un peu de gravité. Dans un premier temps, j’ai tenté par un signe de symboliser la torture puis je l’ai effacé. J’ai eu le sentiment qu’il valait mieux suggérer ce potentiel de vie et de jeunesse, de confiance. Comme seul signe, un livre dans la main. Je me suis efforcé de suggérer, c’est difficile à exprimer à propos d’une image fixe, l’idée d’un homme en marche, une espèce de confiance. Dans sa façon même de tenir le livre quelque chose qui dise quelqu’un de résolu, assez de force et de conviction... On m’a dit que cette image rappelait celle de Rimbaud, que j’avais faite dans les années soixante-dix, ça n’est pas un hasard...

    Dans ce dessin, j’ai fait en une journée, grâce à Jérôme Anykay, un tirage sérigraphique et je suis parti les coller à Alger. Les lieux de mes collages - autant que le dessin lui-même - sont mes véritables matériaux. En y inscrivant mes images, je les " travaille " plastiquement, j’en fais un espace plastique mais en même temps je travaille ce qui n’est pas du domaine du visible, je fais remonter à la surface la mémoire enfouie, les souvenirs oubliés. Je réactive leur potentiel symbolique.

    Comment s’est passé le collage à Alger, comment avez-vous choisi les lieux ?
    Comme je le disais, l’essentiel est surtout dans ce choix des lieux. Réussir à les appréhender, autant du point de vue plastique que symbolique. Trouver les lieux chargés d’histoire... J’ai été aidé par le centre culturel français, notamment par son animateur Hachemi Mokrane et par des professeurs et des étudiants de l’école des beaux-arts. J’avais parlé avec Henri Alleg et Josette Audin et relu le livre de Vidal-Naquet. J’avais une idée du parcours. La veille du collage, j’avais des doutes quant à l’adresse du lieu d’arrestation et du lieu de torture. C’est M. Chaâbane, qui était le régisseur du film de Jean-Pierre LLedo sur Henri Alleg, qui m’a conduit dans les lieux précis. Le collage débutait près de la place du 1er Mai, dans le quartier appelé " champ de manouvre du Groupe 6 ", où vivaient Maurice Audin, Josette et leurs enfants, où il a été arrêté ainsi que Henri Alleg, et se terminait rue Ali-Khodja à El Biar dans les bâtiments où ils furent torturés. J’ai collé aussi près de l’université, comme me l’avait suggéré Josette Audin, notamment dans la rue du 19-Mai 1956, qui est la date de l’appel à la lutte armée lancé par le FLN à l’adresse des étudiants et des universitaires. Bien sûr, collage aussi place Audin, lieu qui a immédiatement provoqué beaucoup de discussions, puis à la Maison de la presse, sur les bureaux d’Alger Républicain...

    Quelles ont été vos impressions sur la réaction des Algériens à votre travail ?

    Le moment le plus fort a été notamment au champ de manouvre. Trois sérigraphies avaient été lacérées et j’ai tenu à retourner en recoller. Cela a entraîné un attroupement et des discussions vraiment passionnées, un homme, âgé de quarante à quarante-cinq ans est descendu pour me dire : " Hier soir, j’ai compris que c’était Maurice Audin et je me suis rendu compte que tous ces adolescents de l’immeuble ignoraient qui il était, j’en aurai pleuré. Quand je pense qu’il est mort pour l’Algérie, avec les voisins nous avons parlé, nous allons créer une association et mettre une plaque. "

    À El-Biar aussi, il y a eu des échanges très émouvants. Une femme très âgée a raconté comment Ali Boumendjel avait été jeté de la terrasse du même immeuble. La chaleur et la spontanéité des discussions me semblent témoigner que des choses sur ces moments douloureux ont un besoin aigu d’être dites et mes images ont comme contribué à montrer quelles sont à fleur des murs d’Alger.

    Avez-vous le sentiment que les Algériens en général ne connaissent pas Maurice Audin ?
    En fait, tout le monde connaît son nom, car énormément de taxis partent de la place Audin, mais j’ai le sentiment que peu savent qui il était. Parmi les étudiants qui ont travaillé avec moi, seuls les plus motivés, les plus " politiques " pouvaient le situer. Ils reconnaissaient tous que des pans de l’histoire de la lutte pour l’indépendance et notamment le rôle des intellectuels avaient été occultés. Le marasme que connaît le pays est d’ailleurs probablement dû aussi à ce que certaines de ses forces vives n’aient jamais été associées à la construction de l’Algérie indépendante. Mais je suis rentré cette fois avec le sentiment que les choses sont en train de changer. Mes rencontres avec la presse écrite, la radio, la télé, avec des musiciens, des écrivains, me semble-t-il, le laisse espérer.

    Entretien réalisé par
    Mina Kaci
    Mara
    Mara
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2019
    Date d'inscription : 10/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Mara le Sam 12 Mar - 22:46

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Desnosnerval2001derrirethtrech
    un hommage à Desnos et Nerval, posé près du lieu du suicide de Nerval, sur le mur du théâtre du Châtelet, à Paris...
    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Desnosnerval31iv

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Desnosnerval29kn
    Mara
    Mara
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2019
    Date d'inscription : 10/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Mara le Dim 13 Mar - 0:49

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Afriquesud7ko

    une image destinée à rappeler que l'Afrique se meurt du SIDA.

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Warwickdurban0jt

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Warwickii2gc
    ces images lui ont été demandées par une association de lutte contre le sida (une OMG si ma mémoire est exacte).

    Celles-ci ont été posée à Warwick (Afrique du sud), et font également écho à l'Apartheid...
    Mara
    Mara
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2019
    Date d'inscription : 10/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Mara le Dim 13 Mar - 0:53

    Un homage à Boccace, placé dans sa ville natale :

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Boccace82danslavillenataledeb5

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Boccace19826cy

    Boccace - Certaldo en Toscane ;
    "J'étais dans la ville où est né et mort Boccace. J'ai
    tout de suite envisagé une espèce d'hommage aux
    contes de Boccace et à toutes ces aventures amoureuses,
    ces débordements de sensualité alors que la grande
    peste sévissait, le désir de vie intense avec la mort à
    la porte. J'ai dessiné des hommes et des femmes
    nus grimpant aux façades. Placés ainsi, ces rectangles
    de papier blanc faisaient immédiatement penser à
    des draps qui flottent aux fenêtres. La fable et la vie
    dialoguaient dans un climat de complicité." E.P.E.


    Dernière édition par le Dim 13 Mar - 21:50, édité 1 fois
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Prométhée le Dim 13 Mar - 21:16

    Ernest Pignon-Ernest
    Napoli’s Walls - Louis Sclavis


    Du 18/05/2005 au 04/06/2005
    Nouveau Théâtre d'Angers 12, place Imbach - ANGERS

    Cette exposition fait écho à la rencontre de deux artistes, au travail de Pignon-Ernest sur les murs de Naples, à la musique de Sclavis qui rend hommage au peintre devenu ami, ainsi qu’à l’égérie commune,Naples elle-même.
    Pignon-Ernest intervient directement sur les murs des villes qui l’inspirent, pour que les habitants ou passants rencontrent dans leur quotidien l’histoire de ces lieux, une mémoire enfouie ou effacée, la dimension invisible du monde auquel ils appartiennent. Ainsi dans la ville de Naples qui, pour lui, représente à elle seule la culture méditerranéenne, il choisit des endroits précis (porches, soupirails..) pour y coller ses grands dessins à la pierre noire ou des sérigraphies de dessins qui reprennent à l’échelle un des portraits ou des personnages issus de la peinture du Caravage, par exemple. Chaque dessin est réinterprété en fonction de l’endroit où il apparaît et révèle avec les suivants un parcours symbolique foisonnant de représentations mythologiques ou historiques. De loin en loin, les murs racontent l’histoire et les histoires de la ville. La première intervention date de 1987, d’autres suivront jusqu’en 1995. A son retour en France, elles donnent lieu à de nouveaux développements graphiques et photographiques qui redistribuent l’impact du travail dans l’exposition. Le compositeur et instrumentiste Louis Sclavis découvre le travail d’Ernest dans les rues de Naples «comme un livret d’opéra». Il décide de «se laisser porter par ses images, en guettant la sueur des murs..» pour parler à son tour de cette ville, c’est-à-dire engager un projet musical «sans réalisme, ni folklore» mais traversé de multiples influences, avec un quartette inédit. Le résultat nous entraîne dans une exploration bouleversante. Fruit des interventions à Naples, l’exposition rassemble dessins préparatoires, gravures, photographies. Elle s’ouvre le même soir que le concert du quartette de Louis Sclavis, juste quelques heures plus tôt, pour permettre de voir puis d’écouter une rencontre et les ondes qu’elle continue de propager.


    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Napoli LOUIS SCLAVIS - NAPOLI'S WALLS

    Direction artistique / Recording Producer Louis Sclavis
    Enregistré et mixé / Recorded and mixed 12/2002
    aux Studios La Buissonne
    par Gérard de Haro et Gilles Olivesi
    Executive Producer Manfred Eicher

    Louis SCLAVIS cls, ss, bs
    Vincent COURTOIS violoncelle, electronics
    Médéric COLLIGNON pocket trumpet, vo, horn, perc, electronics
    Hasse POULSEN g

    Title - Composition
    1 Colleur de nuit (dedicated to Ernest Pignon-Ernest) - L.Sclavis
    2 Napoli's Walls (dedicated to bambini) - L.Sclavis
    3 Mercè (dedicated to Gesualdo) - L.Sclavis
    4 Kennedy in Napoli (dedicated to Charles Mingus) - L.Sclavis
    5 Divinazione moderna I - L.Sclavis
    6 Divinazione moderna II (dedicated to Erri de Luca) - L.Sclavis
    7 Guetteur d'inaperçu (dedicated to Daniel Mermet) - L.Sclavis
    8 Les apparences (dedicated to Antonietta) - L.Sclavis
    9 Porta segreta (dedicated to Enzo Tedesco) - V.Courtois
    10 Il disegno smangiato d'un uomo (dedicated to Vesuvio) - L.Sclavis

    "Colleur de Nuit"

    "Napoli's Walls"

    "Mercè"

    "Kennedy in Napoli"

    "Divinazione moderna I"

    "Divinazione moderna II "

    "Guetteur d'inaperçu "

    "Les Apparences "

    "Porta segreta"

    "Il Disegno Smangiato d'Un Uomo "


    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Img1
    David et Goliath d'apres Caravage -
    Dessin a la pierre noire reunissant les tetes tranchées de Caravage et Pasolini
    collé in Vico Seminario De Nobili
    1998


    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Img2
    Donna con lenzuolo
    1990


    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Img3
    Epidemies
    1990


    Dernière édition par le Dim 13 Mar - 23:51, édité 10 fois
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Prométhée le Dim 13 Mar - 21:26

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Img4
    La mort de la Vierge
    Dessin a la pierre noire inspiré de Caravage
    collé a Spacca Napoli
    1990


    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Img5
    Les ames du Purgatoire
    Dessins a la pierre noire
    collé a la Zecca
    1990


    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Img6
    Le soupirail
    1990


    Dernière édition par le Dim 13 Mar - 23:46, édité 2 fois
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Prométhée le Dim 13 Mar - 21:35

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! 12
    Le Ventre de Naples
    1995



    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! 11
    Virgilienne
    1995



    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! 10
    Le Soupirail
    1990


    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Pignon_ernest
    Epidemies
    collé Piazza Domenico Maggiore
    1992


    Dernière édition par le Dim 13 Mar - 23:45, édité 4 fois
    Mara
    Mara
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2019
    Date d'inscription : 10/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Mara le Dim 13 Mar - 21:48

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Artaud1wf
    voilà un extrait de son travail sur Artaud dont parle l'article ci-dessus.

    les photos sont donc de lui, probablement toutes.OK, merci pour cet article Prom'.

    j'avais oublié de remettre les références ok pour les photos d'Uzerches, sorry Prom', je les avais mises plus haut, à propos des arborigènes.

    "J'utilise la force subjective de la ville, mes images font
    apparaître des choses qui potentiellement sont déjà là."

    "Mes images puisent à la source des cités. Elles naissent
    de l'espace offert par le mur, elles s'expriment par le face
    à face avec celui qui les découvre, leur dégradation
    contribue à les inscrire dans la ville."
    Ernest Pignon-Ernest
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Prométhée le Dim 13 Mar - 23:29

    Reflexion : Produits dérivés de la révolte. Entretien avec Ernest Pignon-Ernest.

    Bulletin de la SFP, 7e série-N°3, mai 1998, p. 13-15.

    Né en 1942, Ernest Pignon-Ernest est une figure de l'art engagé en France depuis les années 1970. Célèbre pour ses installations de dessins dans les rues, ses récentes expositions à la galerie Lelong présentent de nombreux tirages photographiques. Œuvres ou documents ? Réponse en forme de paradoxe.



    Quelle est la place de la photographie dans votre travail ?
    Longtemps, je suis resté réservé quant à la représentation de mon travail par l'intermédiaire de photographies. C'est pourquoi, pendant plusieurs années, je n'ai ni exposé ni publié quoi que ce soit sur mes interventions. Celles-ci consistent à glisser un élément de fiction dans un lieu réel. Toutefois, je précise que ce que je colle sur les murs, c'est une image et non un trompe-l'oeil. La photographie de mes interventions fausse tout, dans la mesure où elle unifie sur un même plan et sur un même matériau mon image. Elle accentue l'effet d'illusion en cadrant et en enlevant les points de repère qui se trouvent dans la rue. La photographie trahit mon travail car le chaos visuel de la rue, la multiplicité des points de vue, la rencontre physique avec mes images sont totalement laminés. Elle impose un cadrage alors que toute ma démarche est bâtie sur le refus du cadre.

    Quand avez-vous commencé à photographier vos interventions ?
    En 1974, à l'époque où je travaillais sur une intervention à Nice. J'avais demandé à un copain de photographier mes images collées et j'ai été tellement déçu par le résultat que je me suis acheté un appareil pour prendre en photo mes collages moi-même.

    Aujourd'hui, quel matériel utilisez-vous ?
    Un boîtier Nikon FM2 avec un objectif 50 mm et un zoom 30-70 mm, ainsi qu'un compact automatique Canon. Pour ma dernière intervention, Georges Rousse m'a prêté un boîtier moyen format, ce qui m'a permis de découvrir un nouveau format de photographie. J'utilise n'importe quel film, je n'y connais rien en technique et ça ne m'intéresse guère. Pour le développement, je fais faire mes tirages dans des laboratoires amateurs, mais je fais appel à des professionnels lorsqu'il s'agit de tirages d'exposition. Et je contrôle chaque tirage, quitte à les faire refaire.

    Pour votre dernière exposition à la galerie Lelong, vous avez dissocié les dessins des photographies et numéroté ces dernières de 1 à 5. N'est-ce pas là une démarche d'auteur ?
    Absolument pas. Pour cette exposition, l'espace de la galerie ne se prêtait pas à l'association des dessins et des photographies. Nous avons préféré consacrer une première salle aux esquisses et dessins préparatoires et une seconde aux photographies. La numérotation des photographies s'est avérée nécessaire pour les collectionneurs, mais je n'y attache au-cune espèce d'importance.

    Pourquoi alors exposer des photographies ?
    Malgré mes réserves, je préfère que l'on appréhende mon travail par la photographie plutôt que par mes dessins qui ne sont que la première étape du travail. Et si l'on n'a pas eu l'occasion de croiser mes sérigraphies collées dans la rue, la photographie est le médium qui restue le plus fidèlement ma démarche. D'ailleurs, lorsqu'une personne achète un de mes dessins, je demande souvent qu'on lui offre la photographie de ce même dessin mis en situation. Je cherche à mettre un maximum d'indices dans mes photographies, un sol, un graffiti, un scooter, des gens qui passent, pour que l'atmosphère générale du lieu choisi soit ressentie.

    Vous vous êtes souvent inspiré de photographies pour vos dessins, notamment pour "Prométhée" et "Rimbaud" Quelle place leur accordez-vous, est-ce un support de travail ?
    Tout à fait, mais ce que je cherche avant tout c'est à me libérer au maximum de la photographie. Un portrait photographique me donne une idée du personnage. Mais ça reste un portrait réaliste. Un dessin est par essence antinaturaliste. Pour mes études sur Antonin Artaud, j'ai rassemblé un grand nom-bre de photographies. À partir de là, j'essaie de re-tenir les traits caractéristiques pour obtenir une synthèse qui sera le portrait définitif. En fait, mon rapport à la photographie est conditionné par le fait que je me sens très mal à l'aise devant les modèles. L'intimité, le rapport peintre-modèle me troublent énormément. Alors, j'ai décidé il y a longtemps déjà de procéder ainsi : j'exécute d'abord une esquisse préparatoire que je montre au modèle afin qu'il ou elle reprenne la pose. Puis, je photographie mes modèles pour ensuite travailler au dessin définitif à partir de ces mêmes photographies. C'est pourquoi j'ai stocké un nombre important de photographies, c'est une sorte d'iconographie personnelle qui s'enrichit au fil des années. D'ailleurs, je développe souvent moi-même mes photographies, car je serais gêné que quelqu'un d'anonyme tombe là-dessus.

    Quel statut, au final, donnez-vous à la photographie au sein de votre travail ?
    La photographie, dans le cadre de mes interventions, n'est qu'un document, une trace, une mémoire, le moyen d'archiver mon travail. Ce n'est en aucun cas une oeuvre d'art. L'oeuvre, c'est l'intervention de mes dessins dans la rue. Lorsque l'on achète une de mes photographies, c'est la photographie d'une de mes interventions et non une oeuvre plastique en soi.

    Le département photographique du musée national d'Art moderne a acquis une dizaine de vos photographies, et on vous a consacré deux pages dans l'ouvrage d'histoire de la photographie publié chez Skira. Comment analysez-vous ce phénomène ?
    Si les institutions ne retiennent que mes photographies, c'est que les acheteurs n'ont pas compris mon travail. Et puis, enfin, l'homme reste un être nourri de paradoxes et de contradictions, non ?

    Propos recueillis par Hermine Bourgadier.
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Prométhée le Dim 13 Mar - 23:37

    Il ne fait pas d'affiche, Pignon-Ernest, mais une oeuvre de l'éphémère, dans la rue, "qui résiste au marché", un art de la disparition, des images qui font du lieu où elles se trouvent un lieu de représentation.
    Son travail ? "Je mets assez d'effets de réel pour que l'image ne reste pas à la surface. Mais en même temps, je dis que ce n'est pas le réel. Il y a une contradiction entre l'effet de réel et l'effet de distance, un équilibre très tendu entre les deux."
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Prométhée le Dim 13 Mar - 23:55

    Merci a toi Mara pour ce magnifique topic sur Ernest Pignon Ernest . thumleft
    Shogun
    Shogun
    tokugawa spirit

    Nombre de messages : 4750
    Age : 35
    Date d'inscription : 10/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Shogun le Ven 9 Sep - 14:55

    je n'arrive pas a trouver des "poster" de ses oeuvre ...

    alors merci Mara pour cette collecte d'image, je vais les graver sur cd rom, et les faire developé en grand format

    le numerique c'est terrible !!!!!!


    (enfin on verra le resultats LOL ...)


    _________________
    ano sumimasen paspotuga otimashitayo !
    Mara
    Mara
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2019
    Date d'inscription : 10/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Mara le Lun 12 Sep - 14:51

    Je ne sais pas s'il existe des repros de ses oeuvres. A mon avis, non.
    Il vend ses photos parfois, ça c'est certain.
    Et certains ont bien dû réussir à récupérer quelques affiches dans les rues en les décollant.
    < pense que c'est pas bien... a priori... mais ne dira surtout pas qu'elle rêve d'un Rimbaud en pied dans son salon... ça f'rait midinette.


    Tu nous diras ce que ça donne, dis??? J'ai peur que le format ne permette pas de tirer des repros très grandes...
    Shogun
    Shogun
    tokugawa spirit

    Nombre de messages : 4750
    Age : 35
    Date d'inscription : 10/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Shogun le Lun 12 Sep - 15:59

    Vous aurez mon rapport detaillé ...


    < saisi sa Clarck Nova lups Wink Wink Wink Wink


    _________________
    ano sumimasen paspotuga otimashitayo !
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Prométhée le Jeu 6 Juil - 1:25

    Article paru dans le numéro spécial d’Art Absolument (N° 17) de l’été 2006 consacré à l’art contemporain français.

    Art Absolument : Si en quelques lignes, vous deviez définir votre démarche artistique, comment la définiriez-vous ?
    Ernest Pignon Ernest : Mon travail consiste à saisir un bout de réel (temps et espace) dans lequel je viens inscrire un élément de fiction. Le plus souvent, c’est une image qui va travailler ce réel à la fois plastiquement (en faisant du lieu un espace plastique) et au niveau de sa symbolique, de sa mémoire (en révélant, réactivant, exacerbant, perturbant ses potentiels suggestifs…quand ça fonctionne!). L’inscription dans un lieu de ce «signe» qu’est l’image à l’échelle un, confère à ce lieu les caractères de signe, en fait l’objet essentiel de la proposition.


    Art Absolument : Pouvez-vous choisir l’une de vos dernières œuvres et la commenter ?
    Ernest Pignon Ernest : Dans le cadre de l’exposition Voyages d’Artistes, j’ai entrepris un travail sur l’Algérie. S’est imposé ce constat que renouer, apaiser nos relations avec le peuple algérien ne pourrait se faire sur le silence, sur la négociation de ce qu’a été cette guerre, et que ma proposition devait se bâtir sur ce constat. Dans sa singularité tragique, le drame de Maurice Audin (arrêté en 1957 à Alger par les Parachutistes, disparu depuis – officiellement évadé – en fait mort sous la torture) m’a paru incarner cette exigence de vérité … J’ai relu La question d’Henri Alleg, les ouvrages de Pierre Vidal-Naquet, parlé avec Josette Audin qui m’a confié des photos. J’ai travaillé un dessin (le dessin me permet de mettre dans l’image qu’il avait 23 ans, 3 enfants, des espoirs, des convictions, ce choix de l’Algérie... de mettre dans l’image du sens, du sensible et traiter les problèmes plastiques d’espaces que pose l’inscription d’une image dans l’espace réel). Puis, dans Alger j’ai enquêté, recherché les lieux où il a vécu, étudié, enseigné, où il a été arrêté, torturé, tué. Et dans chacun de ces lieux, cherché où et comment inscrire une image afin qu’elle donne une profondeur au visible, que l’apparition « rend l’ancien contexte inséparable de la sensation présente »(Deleuze). Que la présence de l’image dise l’absence.


    Art Absolument : Quels sont les artistes du passé et du présent qui vous importent ?
    Ernest Pignon Ernest : Picasso, Simone Martini, Piero Della Francesca, Caravage, Pasolini, Godard, Reiser…Picasso encore.


    Art Absolument : Quelle est, pour vous, la fonction de l’art – si fonction il doit y avoir ?
    Ernest Pignon Ernest : Sûrement, une fonction, mais impossible de la définir ainsi dans un questionnaire succinct. Chaque mot serait réducteur, j’espère que mes travaux répondent implicitement.


    Art Absolument : Existe-t-il une scène française – une scène pour les artistes en France ? Comment, à votre avis, faire en sorte que celle-ci soit davantage présente ?
    Ernest Pignon Ernest : Il existe en effet une scène française labellisée, elle est régie par un clergé bureaucratique de spécialistes autoproclamés en art contemporain. Elle a un rôle très négatif sur la création. La sémantique, les discours, le vocabulaire, les costards ont été relookés mais, c’est dans la nature de leur fonction, les administratifs de l’art contribuent aussi servilement que du temps de Caillebotte à formater la création, à imposer un art officiel au goût des classes dominantes : aujourd’hui quelques apparences de transgressions sont souhaitées (au musée). Le peu d’écho international obtenu part l’art ainsi promu – malgré les moyens attribués par les pouvoirs successifs et la servilité aux modes – donne la mesure de l’indigence de ces fonctionnaires et de cette politique.
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Prométhée le Jeu 6 Juil - 1:28

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! 2003algerparcoursmauriceaudine

    2003 (Alger) - Parcours Maurice Audin - Ernest Pignon Ernest - Photo 60x 80 cm
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Prométhée le Jeu 6 Juil - 1:37

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! 2003algerparcoursmauriceaudine

    2003 - Parcours Maurice Audin - Sérigraphie collée à Alger, à El Biar, dans la maison où il fut torturé - Photo 100 x 140 cm


    Dernière édition par le Ven 7 Juil - 18:14, édité 1 fois
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Prométhée le Jeu 6 Juil - 1:40

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! 2003algerparcoursmauriceaudine

    2003 (Alger) - Parcours Maurice Audin - Ernest Pignon Ernest - Photo
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Prométhée le Jeu 6 Juil - 1:42

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! 2003algerparcoursmauriceaudine

    2003 (Alger) - Parcours Maurice Audin - Ernest Pignon Ernest - Photo 140 x 100 cm

    Contenu sponsorisé

    ERNEST PIGNON ERNEST!!!! Empty Re: ERNEST PIGNON ERNEST!!!!

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 24 Juil - 12:00