Basic instinct

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Basic instinct
Le Deal du moment : -30%
Ecran PC Gamer Incurvé – VIEWSONIC VX3218 ...
Voir le deal
189 €

3 participants

    Racing Metro - RC Toulon

    peter
    peter
    Posteur amateur


    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Racing Metro - RC Toulon

    Message par peter Dim 6 Déc - 22:07

    Je reviens du match entre le Racing Metro et le Rugby Club de Toulon. C'était le choc des outsiders avec à la clef une troisième place à gagner dans ce Top 14 après la nouvelle défaite de Toulouse. C'était également des retrouvailles entre Pierre Berbizier, manageur général du Racing et ancien sélectionneur de l'équipe de France et Philippe Saint-André (PSA pour les intimes), entraîneur de Toulon et ancien capitaine de l'équipe de France sous l'ère de Berbizier.
    Il y avait une pluie de stars sur la pelouse du Stade Yves du Manoir avec Johnny Wilkinson qui avec une précision chirurgicale a inscrit tous les points de son équipe (5 pénalités). Il y avait aussi Chabal qui a encore été une fois de plus énorme dans ce match. Sans parler de Wisnievski qui a réussi 2 drops, une transformation et 3 pénalités. Enfin, il y avait la perle du Racing, ce joueur exceptionnel qui depuis son arrivée au club a permis aux Parisiens d'aligner 8 victoires d'affilée dans le top 14 : François STEYN. Ce jeune sud-africain de 22 ans a été le plus jeune joueur de l'histoire a remporter la coupe du monde à l'age de 20 ans et 5 mois. Lors de la finale en 2007 entre l'Afrique du sud et l'Angleterre, il s'était distingué grâce à son jeu puissant au pied en inscrivant la dernière pénalité de son équipe de 49 mètres. Il a déjà réussi avec sa sélection un drop de 55 mètres. Ce soir, il a une nouvelle fois marqué le match de son empreinte en inscrivant le seul essai et en réalisant deux pénalités de trés loin. Le Racing est désormais troisième du Top 14 et affiche ouvertement ses ambitions qui vont bien au-delà du maintien après cette 8ème victoire d'afilée sur Toulon 28-15. Pour le moment, le racing est qualifié pour les plays-off.
    Dans les années 80, le football a connu le Matra Racing de Lagardère. Dans les années 2000, le rugby connaît le Metro Racing de Lorenzetti. Le point commun entre ces deux équipes : un budget énorme, des ambitions élevées et les couleurs ciel et blanche. Lagardère a été un précurseur car il a ouvert la voie au football business dans lequel s'est engouffré avec succès Fiorentino Perez au Real de Madrid. Lorenzetti, ancien patron de FONCIA a des ambitions tout aussi grande pour populariser le rugby à Paris en emboitant le pas de Guazzini. Il a les mêmes ambitions que Lagardère comme le prouve son recrutement de stars : Nalet, Chabal, Steyn, etc... Mais à la différence de Lagardère, il n'a pas commis l'erreur d'aller sur les brisées de l'autre équipe Parisienne. En effet, Lagardère a commis l'erreur fatale de faire jouer le Racing au Parc des Princes qui était l'antre du PSG. Il a donc cherché à concurrencer le PSG en l'attaquant de front. Or historiquement, le Racing est un grand club qui a marqué l'histoire du football parisien. Il s'est positionné comme la grande équipe Parisienne de la banlieue qui a été championne de France et qui a remporté la coupe de France avant la seconde guerre mondiale dans son stade de Colombes. Le stade Yves du Manoir a accueilli la finale des jeux olympiques en 1924 (victoire de l'Uruguay contre la Suisse). A l'époque, la coupe du monde n'existait pas. Alors les jeux olympiques étaient la compétition la plus importante dans le monde du football. Puis elle a acuueilli en 1938, la finale de la coupe du monde qui a vu le sacre de l'Italie. Mais à l'époque, la meilleure équipe au monde, l'Angleterre, snobait la coupe du monde. Il faut attendre l'après-guerre pour que l'Angleterre daigne entrer dans la danse en 1950 et se fasse éliminer suite notamment à une défaite humiliante contre... les Etats-Unis 1-0. Le Stade Yves du Manoir a accueilli tous les matchs de l'équipe de France jusqu'en 1972 où le Parc des Princes est devenu le jardin de prédilection de l'équipe de France. Puis en 1998, le Stade de France a évincé le Parc des Princes. Donc historiquement, la place du Racing est en banlieue Parisienne. Grâce au Metro Racing, le stade Yves du Manoir ressuscite et retrouve des couleurs (ciel et blanche). Mais en 2013, il est prévu que le Metro Racing joue à Nanterre dans un nouveau stade qui va être construit et qui sera sa propriété. Il s'agira d'un stade couvert à l'image du Millenium de Cardiff avec une pelouse en synthétique sur laquelle il n'y aura pas de faux rebonds. Il aura une capacité de 30 000 places pour les matchs et 40 000 places pour les spectacles. 60% de son chiffre d'affaires sera réalisé grâce au rugby. Le Metro Racing sera donc d'attaque à Nanterre et à la Défense pour les troisièmes mi-temps. En restant dans son département, le 92, les hauts de Seine, le Racing reste fidèle à son identité et affirme sa différence par rapport au Stade Français qui reste le club de la capitale. A Colombes, on est très triste à la perspective de voir le Racing abandonner le Stade mythique d'Yves du Manoir qui était tombé en désuétude avant que le Metro Racing ne le rénove pour jouer dans le TOP 14. Mais il a une capacité de 15 000 places seulement et il est mal desservi par les transports en commun. D'où l'intérêt de Lorenzetti pour ce projet à Nanterre. Je pense qu'il a toutes les cartes en main pour réussir dans le Rugby ce que personne n'a réussi à faire dans le football : bâtir une deuxième grande équipe en Ile-de-France. Car la région Parisienne est la région qui compte le plus de licenciés au rugby avec plus de 33 400 licenciés loin devant la région Midi-Pyrhénée qui compte plus de 29 000 licenciés. Donc il y a une réserve de joueurs dans cette région ainsi qu'un public banlieusard qui ne demande qu'à vibrer pour le rugby de haut niveau comme le prouve l'engouement que suscite le Stade Français chaque fois qu'il dispute un match au Stade de France.
    Shogun
    Shogun
    tokugawa spirit


    Nombre de messages : 4750
    Age : 38
    Date d'inscription : 10/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par Shogun Mar 8 Déc - 14:00

    Merci Peter, j'ai pris bcp d plaisir a lire ton billet ! ça fais plaisir de te revoir par ici ! j'espre que tout vas bien pour toi.


    _________________
    ano sumimasen paspotuga otimashitayo !
    peter
    peter
    Posteur amateur


    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par peter Mar 8 Déc - 22:39

    Bonsoir Shogun. Aujourd'hui c'est l'anniversaire de Sébastien Chabal. Il est né le 8 Décembre 1977. Il a donc 32 ans. Pour l'avoir vu joué Dimanche dernier, je peux te dire que c'est un joueur impressionnant. Face aux Toulonnais, on aurait dit Gulliver au milieu de liliputiens. C'est un des joueurs qui fait la différence au Racing avec d'autres tels que Wisniewski (je te signe qu'il va être appelé en équipe de France pour la première fois incessamment sous peu) notre ouvreur, ainsi que François Steyn, qui est la grande star de l'équipe, Sireli Bobo qui est un trois-quart aile exceptionnel, déjà champion de France avec Biarritz en 2005. C'est une véritable fusée qui n'attend qu'à être mise sur orbite pour inscrire des essais. C'est un joueur fidjien. Il y a évidemment Nallet qui est un deuxième ligne de poid dans notre équipe et de jeunes joueurs formés au club très prometteur tels que Henri Chavancy (un futur très grand) et Mathieu Lorée qui a défrayé la chronique hier car il a été mis à pied après avoir avoué à Pierre BERBIZIER qu'il avait consommé du cannabis et qu'il était peut-être sous le coup d'un contrôle anti-dopage positif.
    Sinon, ça me fait plaisir de retrouver ce forum et de constater qu'il existe toujours et que ses posteurs lui sont restés fidèles. J'ai même cru comprendre que tu envisageais de créer un blog qui serait le reflet de la créativité de ce forum.... Qu'est devenu ton coloc, maldoror ? Sinon, j'ai pensé à toi récemment car sur tes bons conseils je me suis régalé en découvrant un chef d'oeuvre méconnu du cinéma : la légende du pianiste sur l'océan. Tout le monde connaît l'incontournable CINEMA PARADISO du même réalisateur, mais LA LEGENDE DU PIANISTE SUR L'OCEAN qui est l'adaptation d'un roman d'Alexandro BARRICO est géniale et met en valeur tout le talent de TIM ROTH.
    Shogun
    Shogun
    tokugawa spirit


    Nombre de messages : 4750
    Age : 38
    Date d'inscription : 10/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par Shogun Mer 9 Déc - 4:56

    héhéhé ! oui, la legende du piniste sur l'ocean est un exelent film !

    Maldoror passe toujours de temps en temps, il vas tres bien ! il ecrit en solitaire sur son blog, http://lecrachoir.hautetfort.com

    nous ne somme plus en coloc depuis lontemps puise que je reside au japon maintenant (et j'etait au bresil jusqu'en 2008)

    d'ailleur a propos de cinema, si tu a le temps, essaye de trouver "o cheiro do ralo" un chef d'oeuvre du cinema bresilien, les sous titre son disponible sur opensubtitle tu risque de devoir le telecharger car il n'est pas importer en france. tu peu le trouver ici http://www.megaupload.com/?d=YDFRO9CE

    au plaisir de te lire !


    _________________
    ano sumimasen paspotuga otimashitayo !
    peter
    peter
    Posteur amateur


    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par peter Jeu 10 Déc - 23:48

    Je te remercie pour ces précisions. J'ai déjà fait un tour sur le blog de ton ancien coloc. J'aimais bien sa prose et j'aurai l'occasion de le lire avec plaisir. Je crois qu'il se destinait (mais je peux me tromper) à une carrière de journaliste.
    Pour ce qui est de tes recomandatations en terme de film, je ne vais pas pouvoir en profiter tout de suite car au niveau informatique, j'ai eu des problèmes avec mon ordinateur et notamment avec le logiciel AVAST qui a complètement ralenti ma navigation sur le web. Heureusement, ça va mieux depuis que j'ai viré AVAST. Au niveau du cinéma Brésilien, j'ai vu récemment un film qui marque les esprits au fer blanc : LA CITE DE DIEU. C'est d'une rare violence et ça illustre cette phrase de MALRAUX dans la condition humaine : " Une vie ne vaut rien et rien ne vaut une vie. ". ça se passe dans un favela à Rio de Janeiro dont le nom est LA CITE DE DIEU. Dans LIBERATION, ils auraient défini ce film de la manière suivante : " Entre la Haine version brésilienne et un gang of RIO scorsésien". C'est un film coup de poing dans lequel il y a autant de morts que de plaquages dans un match de rugby! Il n'y a pas de temps morts dans ce film, par contre il y a des morts tout le temps. On ne peut rester indifférent devant ce déferlement démesuré de violence. Ce film de Fernando MEIRELLES, est le dernier film brésilien que j'ai vu et qui a eu le mérite de me marquer! Il n'est pas récent car il date de 2003 mais je l'ai découvert il y a quelques semaines en DVD.
    Pour revenir au sujet de ce topic, je voudrais apporter quelques précisions avant qu'un expert ne vienne sur ce forum pour me reprendre sur certains chiffres erronés que je vous ai communiqués :
    Le comité d'Ile de France comptabilise 30460 licenciés au rugby et compte également 3969 dirigeants. Il pointe en tête devant le comité de Midi-Pyrénées qui compte 26314 licenciés et du Lyonnais (13075). Sur les 237 208 licenciés que compte la Fédération Français de Rugby, le comité d'Ile de France représente 13% du total national. C'est le vivier de joueurs le plus important en France. Donc l'Ile de France a largement les moyens d'avoir deux grands clubs dans le Top 14 d'autant plus que le Racing Metro est enraciné dans la banlieue Parisienne et se positionne différemment par rapport au Stade Français qui est historiquement le grand club de la capitale.
    Enfin, pour finir, je ne résiste pas au plaisir de vous faire découvrir une vidéo dans laquelle on voit Sébastien Chabal, chanter avec Chantal GOYA... On appréciera au passage le fair-play de Chabal qui se prête au jeu que lui impose l'humoriste Jonathan Lambert : chanter avec " l'idole " de son enfance! En effet, il aurait chanté en classe de 3ème " Ce matin un lapin " lors d'un cours de musique... Mais c'était un de ces défis que les jeunes se lancent entre eux!

    https://www.dailymotion.com/video/x2ajwl_chabal-et-chantal-goya_music
    Shogun
    Shogun
    tokugawa spirit


    Nombre de messages : 4750
    Age : 38
    Date d'inscription : 10/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par Shogun Ven 11 Déc - 15:22

    Oh, question fernando Mirelles, je te conseille "Blindless" et je te deconseille fortement "La cité des hommes" et oui, "Cidade de deus" est un film magnifique.

    il y a commen un playback sur chantal il me semble ? !


    _________________
    ano sumimasen paspotuga otimashitayo !
    peter
    peter
    Posteur amateur


    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par peter Sam 12 Déc - 2:43

    Au Metro Racing il y a des joueurs de plusieurs nationalités : afrique du Sud, Fidji, Italie, Nouvelle-Zélande, Angleterre, Côte d'Ivoire, etc... Parmi les joueurs Italiens, il y en a un en particulier qui devrait plaire à Prométhée. Je t'invite à lire sa biographie sur Wikipédia pour comprendre pourquoi en cliquant sur le lien ci-dessous :
    Il évolue au poste de Pilier au Racing et en équipe Nationale d'Italie. Avant d'arriver au Racing, Pierre Berbizier était le sélectionneur de l'équipe d'Italie.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Andrea_Lo_Cicero

    Au fait, ça n'a rien à voir avec le Rugby, mais j'ai une question pour Shogun : que faut-il faire pour vous faire partager sur ce forum un document au format pps ?
    Shogun
    Shogun
    tokugawa spirit


    Nombre de messages : 4750
    Age : 38
    Date d'inscription : 10/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par Shogun Sam 12 Déc - 4:01

    essaye avec ça http://www.docstoc.com/upload/


    _________________
    ano sumimasen paspotuga otimashitayo !
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par Prométhée Dim 13 Déc - 2:43

    Salut Peter, tout d'abord compliments, j'ai vraiment pris grand plaisir à lire ton topic (et pourtant dieu sait que le Métro Racing est loin d'être une équipe que j'affectionne). En ce qui concerne Andrea Lo Cicero, aussi curieux que cela puisse paraitre, cela fait bien longtemps que le rugby à sa place à Catane. D'ailleurs Andrea Lo Cicero a été formé par le club de la ville (Amatori Rugby Catania) et y a évolué de 1993 à 1997.
    peter
    peter
    Posteur amateur


    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par peter Dim 13 Déc - 23:33

    Salut Prométhée. J'ai pris le Metro Racing en marche cette saison, un petit peu saisi par la fièvre et l'engouement que suscitent dans ma ville les victoires du club dans le top 14. J'habite à Colombes à 25 minutes à pied du stade Yves du Manoir. Il y a deux ans, j'ai assisté sur un écran géant au match de barrage qui aurait pu permettre au Metro Racing d'intégrer le TOP 14 dès l'année dernière et d'accompagner ainsi Toulon. Il se trouve que la municipalité avait disposé un écran géant sur la place du marché pour que les Colombiens (c'est comme ça qu'on appelle les habitants de Colombes) puissent vivre ce match entre le Metro Racing et Mont de Marsan. Le match n'avait pas lieu à Colombes. Le Metro de mémoire avait commencé très fort en inscrivant deux essais dans les 8 premières minutes et en menant 12-0. Mais le stade Montois est vite revenu au score et a poussé le Metro jusqu'à la prolongation qui lui a été fatale et qui s'est conclue par la victoire des landais 32-23. J'ai le souvenir d'un match épique et déjà à l'époque, Jonathan WISNIEWSKI dont l'avenir en bleu aujourd'hui est imminent, avait été énorme dans ce match. Mais ça n'avait pas suffi. Il y a deux ans j'ai un peu suivi le Metro car il était en concurrence avec Toulon et la venue des Toulonais et de leur Star Néo-Zélandaise, Umaga, avait défrayé la chronique. Aujourd'hui, il est entraîneur des trois-quarts à Toulon. C'est finalement l'année passée que Berbizier a atteint son objectif avec le Metro en faisant cavalier seul dans le championnat de PRO D2. Et finalement le stade Montois n'a pas fait de vieux os dans le top 14 car je crois qu'il est redescendu et qu'il évolue cette année en seconde partie de tableau en Pro D2.
    Un petit mot qui n'a rien à voir avec le rugby pour parler de ton équipe de coeur, l'OGCN. En effet, j'ai eu l'occasion de voir Didier Ollé-Nicolle en chair et en os à une époque où le Racing évoluait en National et se battait avec le Nîme Olympique dans l'optique de l'accession en Ligue 2. Il s'agit de la saison 2004-2005. Je l'ai vu sur le banc de touche Nîmois au Stade Yves du Manoir. Cette année là, les Nîmois ont sacrifié leurs ambitions de terminer dans les trois premiers en National sur l'autel d'un parcours en coupe de France exceptionnel. En effet, le Nimes Olympique, modeste club de National, s'est offert le scalp de 4 clubs de ligue 1 en coupe de France avant d'achoper en demi-finales. Pour la petite anecdote, le Nimes Olympique avait cueilli à froid le Racing sur sa pelouse d'Yves du Manoir en s'imposant 3 buts à 1 au cours de la saison 2004-2005. De ce match, je me souviens juste du commentaire dans les tribunes d'un supporter Nimois qui faisait remarquer à son voisin que le n°8 du Racing avait un pied gauche magique. Le nom de ce jeune joueur : Tino COSTA!


    Dernière édition par peter le Mar 29 Déc - 1:28, édité 1 fois
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par Prométhée Mar 22 Déc - 23:25

    peter a écrit:Il y a deux ans j'ai un peu suivi le Metro car il était en concurrence avec Toulon et la venue des Toulonais et de leur Star Néo-Zélandaise, Umaga, avait défrayé la chronique. Aujourd'hui, il est entraîneur des trois-quarts à Toulon.

    L'an dernier, le 26 janvier pour être exact, Mourad Boudjellal, le président du Rugby Club Toulonnais, annonçait et ceux malgré une 14éme place au classement du Top 14, que Tana Umaga allait finir la saison comme entraîneur mais également comme joueur (il divulguait également la venue de Philippe Saint-André, de Conrad Barnard, de Pierre Mignoni, et de Sébastien Bruno). Tana Umaga devenait ainsi, un an et demi après avoir mis sa carrière en suspens, le premier entraîneur- joueur du Top 14. (Interview de Tana Umaga au micro de Claire Chaudière, de France Bleu Provence). Un retour qui s'avèrera un bon choix, puisque les 11 journées restantes, permirent au Rugby Club Toulonnais de se sauver haut la main en optenant une 9ème place au classement final à 14 points du premier relégable U.S. Dax.

    Le Bilan statistique de Tana Umaga pour cette saison 2008-2009 : 9 matchs joués, 6 matchs titulaires, 5 points, 1 essai.


    Dernière édition par Prométhée le Jeu 24 Déc - 17:45, édité 1 fois
    peter
    peter
    Posteur amateur


    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par peter Jeu 24 Déc - 2:58

    Salut Prométhée, j'avais entendu dire effectivement que le Rugby Club de Toulon avait sauvé sa peau in extremis l'année dernière lors de la dernière journée du Top 14. Ce qui est impayable dans l'interview de Umaga sur Radio Bleue, c'est qu'il répond à toutes les questions en anglais. Mais sur la fin de l'interview, il lâche spontanément plusieurs " Chais pô!" en réponse à la journaliste.


    Dernière édition par peter le Mar 29 Déc - 1:23, édité 1 fois
    peter
    peter
    Posteur amateur


    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par peter Sam 26 Déc - 1:22

    Les rumeurs vont bon train au Racing : pour la saison prochaine, les noms de Imanol Harinordoquy et de Juan Martin Hernandez reviennent avec insistance.
    Pour le premier, le président Jacky Lorenzetti dément. Pour le second, il acquiesce en présentant un bémol : il faut que l'ouvreur Argentin soit " Wisniewski compatible ". En clair ça veut dire que la venue de celui qui est considéré aujourd'hui comme l'un des meilleurs joueurs au monde est imminente mais pour ne pas déstabiliser les joueurs en place qui pourraient craindre une concurrence féroce dans le groupe, Jacky Lorenzetti met des gants! De plus, Hernandez pourrait évoluer également comme arrière car il est assez polyvalent.
    La masse salariale du Racing devrait plafonner à 8 millions d'euros la saison prochaine.
    Le prochain adversaire du Racing est Bourgoin-Jallieu qui est attendu à Colombes Dimanche 3 Janvier pour, je l'espère, une 9ème victoire consécutive des ciel et blanc.
    Actuellement, je suis en train de me régaler en lisant le dictionnaire amoureux du rugby de Daniel Herrero. Le point commun entre Daniel Herrero et Tana Umaga : les deux hommes ont été entraîneurs du Rugby Club de Toulon.
    Dans son dictionnaire, Daniel Herrerro nous relate l'histoire de Félix Mayol qui était un chanteur d'opérette dans les années 20. Toulonnais, il s'enticha de certains joueurs Toulonnais au point d'offrir au club de sa ville, un terrain qui allait devenir le stade Mayol. Ce stade, j'ai eu l'occasion de le voir et il m'a donné le frisson. Il se situe précisément derrière cette statue qui représente le génie de la mer et que les Toulonnais appellent familièrement avec beaucoup de malice " cuverville ". En effet cette statue représente un jeune éphèbe qui tourne le dos au stade Mayol et qui pointe du doigt la mer, à quelques mètres de la rade de Toulon.
    Mais revenons à Félix Mayol et à l'anecdote que relate Daniel Herrerro.... Le jour où il allait donner son dernier concert à Paris, à l'Alcazar, il chercha désespérément un camélia pour orner sa boutonnière gauche comme le veut la coutume chez les chanteurs. Il demanda en désespoir de cause à son habilleuse d'aller lui en acheter un dans les rues de Paris. On était le 2 Mai et les marchandes de muguet fleurissaient sur les trottoirs Parisiens. L'habilleuse en acheta quelques brins qu'elle accrocha à la veste de Félix Mayol. Son concert fut un grand succès et Mayol fit du muguet son porte-bonheur. A la mort du chanteur, le club de Rugby de Toulon donna son nom au stade et orna son maillot rouge et noir de sa fleur fétiche. Daniel Herrerro conclut cette anecdote en nous révèlant : " En 1987, Toulon remportait le titre de champion pour la première fois en plus de cinquante ans. C'était un 2 Mai! "
    Le 2 Mai 1987, lors de cette finale les Toulonnais étaient opposés aux joueurs du Racing. Jean-Baptiste Lafond, Franck Mesnel, Eric Blanc formaient une sorte de club dans le club, le show-bizz... Cette génération exceptionnelle en quête de reconnaissance dans une ville où le rugby était peu médiatisé décida de frapper un grand coup au cours de la finale qui les opposa à Toulon en arborant un noeud papillon rose qui symbolisait leur état d'esprit : élégance, dérision, camaraderie, humour avec une couleur en opposition avec l'image de virilité que le rugby incarne. Jean-Baptiste Lafond offrit un exemplaire de ce noeud papillon au président de la république, François Mitterrand, durant la présentation des équipes sur la pelouse du Parc des Princes. Ce noeud papillon donna naissance en 1988 à la marque EDEN PARK commercialisée par les cinq compères du Racing (Franck Mesnel, Philippe Guillard, Jean-Baptiste Lafond, Eric Blanc et Yvon Rousset). Le Stade Français n'a donc rien inventé avec son maillot rose! Malgré leur défaite contre Toulon en 1987, la bande à Jean-Baptiste Lafond remporta la finale du Championnat de France en 1990 au dépens d'Agen à l'issue des prolongations. Cette génération exceptionnelle apporta une grande dose d'excentricité dans un milieu du rugby très conservateur... Mais cette excentricité ne fut tolérée que parce que les résultats suivirent! Le Racing fut donc sacré champion de France de Rugby en 1990. La même année, l'équipe de Football du Racing disputait une demi-finale de coupe de France mémorable au stade vélodrome contre l'OM de Papin et de Waddle. Menés deux fois au score contre l'ogre marseillais, les jeunes joueurs du Racing égalisèrent deux fois avant d'arracher leur billet pour la finale à la 88ème minute grâce à un but de Aïd. Cette bande de gamins entourés par quelques cadres élimina l'OM de Tapie au Stade Vélodrome en s'imposant à la surprise générale 3 buts à 2. Le Racing avait éliminé auparavant Bordeaux en quart de finale. Animé par le même état d'esprit que Jean-Baptiste Lafond, Pascal Olmeta, le fantasque gardien de but du Racing promit qu'il arriverait au Parc des Princes sur un cheval pour disputer la finale. Mais son rêve lui fut refusé par les autorités! Et les Montpeliérains brisèrent le rêve des ciels et blanc en s'imposant en finale de la coupe de France 2 buts à 1 à l'issue des prolongations!
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par Prométhée Mar 29 Déc - 1:57

    Et bien voilà un topic qui continue à être toujours aussi intéressant, je ne connaissais pas du tout l'histoire de Félix Mayol. Compliments Peter et merci.
    peter
    peter
    Posteur amateur


    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par peter Mer 30 Déc - 0:07

    En fait le prochain match du Racing aura lieu demain, Mercredi 30 Décembre, à Bayonnne. L'Aviron Bayonnais a des ambitions pour la saison prochaine car Alain Afflelou pourrait apporter son aide et permettre au club basque de recruter quelques bons éléments pour se renforcer.

    Je suis ravi de constater que mon topic vous intéresse. Il y a en fait beaucoup de similitudes entre le Racing et Toulon :

    - d'abord leurs glorieux passés qui les ont même amené à se rencontrer au cours des années 80 en finale du championnat de France

    - Ensuite le caractère bling-bling de leur recrutement : le Racing a parié sur Chabal, Nallet et Steyn. Toulon a misé entre autres sur Wilkinson qui était pourtant blessé 9 mois la saison passée et qui fait un retour gagnant dans le Var

    - La personnalité de leurs présidents : Jacky Lorenzetti du côté du Racing est le président fondateur du géant de l'immobilier FONCIA. Mourad Boudjellal, quant à lui, réalise 40 millions de chiffre d'affaires par an grâce à sa maison d'édition SOLEIL spécialisée dans la publication de BD. Ces deux présidents richissimes ont donc " pognon sur rue " et ont les moyens de payer de grands joueurs... rugby sur ongle!

    - ces deux clubs viennent de la PRO D2 et ont eu une période d'adaptation difficile à l'élite. Toulon qui a accédé au Top 14 l'an passé, a sauvé sa peau à la dernière journée du championnat grâce à son entraîneur joueur, Tana UMAGA. Le Racing qui a intégré le TOP 14 cette année a commencé par 5 défaites lors de ses 7 premiers matchs... Mais, depuis, le Racing a enchaîné par une série de 8 victoires d'affilée. La série est en cours et on espère que demain elle se poursuivra à Bayonne.

    - Le Racing à Paris, et Toulon dans le Sud-est représentent des exceptions dans le microcosme du rugby qui reste en FRANCE le monopole presque exclusif des clubs du sud-ouest. Car le Racing constitue à Paris une oasis dans le désert du nord. Toulon est peut-être l'une des seules villes du sud-est sur laquelle les fées du Rugby se sont penchées! Car le Rugby Club de Toulon participe à l'identité des Toulonnais. Juste à titre d'anecdote, Jonah Lomu évolue cette année à Marseille-Vitrolles en Fédérale 1. Mais s'il évolue aussi bas c'est parce que le géant au reins d'argile a connu un coup d'arrêt dans sa carrière suite à une maladie rare! Mais la venue de l'ancienne star des all-blacks ne va pas du jour au lendemain déplacer les foules du sud-est au stade pour assister aux matchs de rugby!

    - Pour construire une grande équipe, ces deux villes ont parié sur deux grands architectes du rugby : Pierre Berbizier au Racing qui a été sélectionneur de l'équipe de France et Philippe Saint André, à Toulon, qui a été capitaine de cette équipe de France sous l'ère Berbizier. Ces deux bâtisseurs ont instauré une rigueur et des méthodes nécessaires qui vont permettre aux deux clubs de conquérir dans les années à venir les sommets de l'Ovalie!

    Je ne suis pas le seul à trouver de nombreuses similitudes entre Toulon et le Racing même si ces deux clubs gardent une identité très forte :

    http://www.rugby365.fr/top-14/article_371442_bilan-2009-racing-metro-et-toulon-Les-invites-surprise.shtml
    peter
    peter
    Posteur amateur


    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par peter Mer 30 Déc - 23:05

    peter a écrit:Les rumeurs vont bon train au Racing : pour la saison prochaine, les noms de Imanol Harinordoquy et de Juan Martin Hernandez reviennent avec insistance.
    Pour le premier, le président Jacky Lorenzetti dément. Pour le second, il acquiesce en présentant un bémol : il faut que l'ouvreur Argentin soit " Wisniewski compatible ". En clair ça veut dire que la venue de celui qui est considéré aujourd'hui comme l'un des meilleurs joueurs au monde est imminente mais pour ne pas déstabiliser les joueurs en place qui pourraient craindre une concurrence féroce dans le groupe, Jacky Lorenzetti met des gants! De plus, Hernandez pourrait évoluer également comme arrière car il est assez polyvalent.

    Je vous l'avais annoncé le 25 Décembre, la nouvelle est finalement tombée aujourd'hui : Juan Martin HERNANDEZ a donné son accord au Racing.

    El Mago aurait signé un protocole d'accord avec le Racing et devrait revenir à Paris la saison prochaine.

    6 à 7 nouveaux joueurs sont annoncés au Racing la saison prochaine.

    http://www.rugby365.fr/infos-clubs/racing-metro-92/article_372583_top-14-racing-metro-Un-accord-avec-Hernandez.shtml

    La deuxième bonne nouvelle : le Racing continue sa marche en avant après son nouveau succès ce soir au Pays Basque au dépens de Bayonne 23 à 19. Wisniewski a encore frappé! Le Racing remporte donc son 9ème succès consécutif dans ce top 14.

    Racing Metro - RC Toulon Beerchug
    peter
    peter
    Posteur amateur


    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par peter Sam 2 Jan - 21:37

    Prométhée a écrit:L'an dernier, le 26 janvier pour être exact, Mourad Boudjellal, le président du Rugby Club Toulonnais, annonçait et ceux malgré une 14éme place au classement du Top 14, que Tana Umaga allait finir la saison comme entraîneur mais également comme joueur (il divulguait également la venue de Philippe Saint-André, de Conrad Barnard, de Pierre Mignoni, et de Sébastien Bruno). Tana Umaga devenait ainsi, un an et demi après avoir mis sa carrière en suspens, le premier entraîneur- joueur du Top 14. (Interview de Tana Umaga au micro de Claire Chaudière, de France Bleu Provence). Un retour qui s'avèrera un bon choix, puisque les 11 journées restantes, permirent au Rugby Club Toulonnais de se sauver haut la main en optenant une 9ème place au classement final à 14 points du premier relégable U.S. Dax.

    Le Bilan statistique de Tana Umaga pour cette saison 2008-2009 : 9 matchs joués, 6 matchs titulaires, 5 points, 1 essai.

    Dans son dictionnaire amoureux du Rugby, Daniel Herrero, qui connaît bien Toulon pour avoir été champion de France avec cette équipe en tant qu'entraineur en 1987 (c'était aux dépens du Racing Racing Metro - RC Toulon 10369465 ) a une pensée chaleureuse pour Tana Umaga auquel il consacre un article. Il écrit entre autres sur lui :

    Fier, mais curieusement imperméable à la gloire et aux louanges, il prit ses distances avec le rugby pour vivre la vie d'un homme et d'un père normal. Un milliardaire opportuniste, président du club de Toulon alors en seconde division, lui proposa un exil doré et une somme d'argent faramineuse en échange de quelques matchs à Mayol. Cette dernière campagne un peu mercantile aurait pu ternir sa gloire, mais en quelques semaines, le club moribond reprit des couleurs, le public se pressa au stade et toute une région se remit à vibrer pour son équipe fanion.
    Dictionnaire amoureux du Rugby page 509

    Je trouve néanmoins que Daniel Herrero est assez dur vis-à-vis du président de Toulon.

    Juste un petit clin d'oeil pour Prométhée qui aime beaucoup Nice et qui sera surpris d'apprendre, s'il ne le sait déjà, qu'il s'est produit un miracle dans sa ville de même qu'il y en a eu un pour le Racing au début des années 2000 avec l'arrivée de Lorenzetti et pour Toulon avec l'arrivée providentielle de Boudjellal. En effet, bien que le Rugby soit peu populaire dans le sud-est de la France, les fées du Rugby se sont tout de même penchées sur Nice.
    Ce miracle s'est produit durant l'été 1971. A cette époque, le Rugby Club de Toulon avait atteint la finale du championnat de France contre l'AS Béziers. Mais la moitié de l'équipe était en conflit avec ses dirigeants.

    Donc 8 joueurs ont décidé de quitter le club Toulonais et de rejoindre Nice qui était alors en seconde division. Parmi eux, il y avait Jean-Claude Ballatore, André et Daniel Herrero. Cette arrivée inespérée de 8 joueurs de haut niveau fut l'évènement le plus important dans l'histoire du Racing Rugby Club de Nice qui dès 1972, atteint la finale du championnat de D2 et accède à l'élite. Les 20 plus belles années du Racing Rugby Club de Nice découle de cet évènement. En 1983, sous la houlette de Ballatore intronisé entraîneur, le club atteint même la finale du championnat de France contre l'AS Béziers. En 1985, Nice remporte le challenge Yves du Manoir. Les malheurs de Toulon au début des années 70 ont donc fait le bonheur de Nice qui a connu ses plus belles années parmi l'élite avant de la quitter en 1995. Nice a formé de grands joueurs. Nice évolue aujourd'hui en Fédérale 1, a pour entraîneur Christophe Moni qui est né à Nice et qui a porté le maillot de l'équipe de France. Le club ambitionne d'accéder à la Pro D2. Le joueur le plus emblématique de cette glorieuse époque fut Jean-François Tordo, né à Nice et formé au club qui fut le capitaine de l'équipe de France au début des années 90. Daniel Herrero évoque ce joueur en ces termes dans son dictionnaire amoureux du Rugby dans un article consacré au rucking :

    Jean-François Tordo, capitaine de l'équipe de France au début des années quatre-vingt-dix, avait un jeu au sol toujours très agressif, se jetant sur le ballon, essayant de le récupérer par tous les moyens, au risque parfois de faire de l'obstruction. Lors d'un match contre l'Afrique du Sud, un Springbok ne l'a pas laissé faire, et lui a infligé un rucking meurtrier, sur le visage, cette fois... Les crampons lui ont déchiré la joue de part en part. Ce fut la fin de la carrière de Tordo.
    Dictionnaire amoureux du Rugby page 418

    Demain le Racing rencontrera Bourgoin-Jallieu pour je l'espère un 10ème succès consécutif dans ce top 14. 20 ans après son dernier titre de champion de France, on se prend à rêver d'une nouvelle consécration pour les joueurs ciel et blanc. D'autant que le Stade Français avait ouvert la voie en remportant le bouclier de brennus en 1998 alors que l'année précédente, il évoluait en pro D2. Mais la route vers la finale du championnat est encore longue et passe déjà par un succès demain contre Bourgoin. Malheureusement, je ne pourrai pas assister au match. Racing Metro - RC Toulon Boohoo

    Donc en cette période de voeux, il faut souhaiter aux joueurs du Racing de mieux commencer l'année 2010 qu'ils n'ont terminé l'année 2009!!! Racing Metro - RC Toulon Biggrinb
    peter
    peter
    Posteur amateur


    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par peter Mar 5 Jan - 0:17

    L'année commence mal pour le Racing qui se fait surprendre à Colombes par Bourgoin-Jallieu, le premier non relégable dans ce TOP 14. De plus, un déplacement périlleux attend les Ciel et Blancs à Perpignan, champion de France en titre qui, après deux défaites (contre Toulouse et contre Brives), aura à coeur de se reprendre devant son public. Néanmoins, l'USAP sera privé de son trois-quart centre Maxime Mermoz qui souffre d'une luxation à l'épaule. Le match aura lieu vendredi prochain.

    Pour revenir à cet échec du Racing Dimanche après neuf succès consécutifs dans le TOP 14, on retiendra déjà la phrase de Pierre BERBIZIER : " Ce n'est pas un coup d'arrêt. J'ai dit aux joueurs que dans la défaite comme dans la victoire, il y a toujours une part de mensonge. A nous de retrouver la vérité."

    Cette série de 9 victoires est tout à fait anecdotique et occultait certaines carences des joueurs parisiens qui n'ont jamais décroché un bonus offensif. Alors, même s'il visait d'égaler le record de Toulouse l'an passé avec sa série de 11 succès consécutifs, le Racing ne doit avoir aucun regret car son objectif est d'aller le plus loin possible dans ce top 14. Or Toulouse l'an passé n'a pas atteint la finale du championnat de France!

    Je pense que cette défaite 17-18 contre Bourgoin est un mal nécessaire qui va nous permettre de jauger si le Racing a de l'orgueil et a la capacité de réagir. Paul Valéry a dit un jour : " La faiblesse de la force est de ne croire qu'à la force." Cette défaite va permettre aux joueurs parisiens de retomber les pieds sur terre et de se préparer au mieux pour la suite de ce championnat.

    A noter les performances de Clermont en ce moment qui après avoir atomisé Brives, vient de s'offrir le scalp de Toulon dans son antre du stade Marcel Michelin. En ce moment, Clermont fait office d'épouvantail dans le TOP 14. Ce match entre Clermont et Toulon avait la saveur des retrouvailles entre Mignoni, né à Toulon, mais qui a porté les couleurs Clermontoises, et Morgan Parra, son successeur au poste de demi-de mêlé de l'ASM qui a fait hier un match à la hauteur des grands espoirs qu'on porte en lui.

    Dimanche prochain, le déplacement de Clermont à Toulouse, équipe également en forme en ce moment, promet d'être un grand choc entre deux prétendants au titre.
    peter
    peter
    Posteur amateur


    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par peter Ven 8 Jan - 1:32

    peter a écrit:Dans son dictionnaire, Daniel Herrerro nous relate l'histoire de Félix Mayol qui était un chanteur d'opérette dans les années 20. Toulonnais, il s'enticha de certains joueurs Toulonnais au point d'offrir au club de sa ville, un terrain qui allait devenir le stade Mayol. Ce stade, j'ai eu l'occasion de le voir et il m'a donné le frisson. Il se situe précisément derrière cette statue qui représente le génie de la mer et que les Toulonnais appellent familièrement avec beaucoup de malice " cuverville ". En effet cette statue représente un jeune éphèbe qui tourne le dos au stade Mayol et qui pointe du doigt la mer, à quelques mètres de la rade de Toulon.
    Mais revenons à Félix Mayol et à l'anecdote que relate Daniel Herrerro.... Le jour où il allait donner son dernier concert à Paris, à l'Alcazar, il chercha désespérément un camélia pour orner sa boutonnière gauche comme le veut la coutume chez les chanteurs. Il demanda en désespoir de cause à son habilleuse d'aller lui en acheter un dans les rues de Paris. On était le 2 Mai et les marchandes de muguet fleurissaient sur les trottoirs Parisiens. L'habilleuse en acheta quelques brins qu'elle accrocha à la veste de Félix Mayol. Son concert fut un grand succès et Mayol fit du muguet son porte-bonheur. A la mort du chanteur, le club de Rugby de Toulon donna son nom au stade et orna son maillot rouge et noir de sa fleur fétiche. Daniel Herrerro conclut cette anecdote en nous révèlant : " En 1987, Toulon remportait le titre de champion pour la première fois en plus de cinquante ans. C'était un 2 Mai! "

    Maintenant vous savez pourquoi le muguet orne le maillot des rugbymen toulonais.

    Racing Metro - RC Toulon Rugby-club-toulonnais

    Il ne me reste plus qu'à vous expliquer pourquoi le Racing a choisi les couleurs ciel et blanche :

    Racing Metro - RC Toulon Media--image-237722-article-ajust_650
    En effet, les couleurs ciel et blanche ont toujours ornées les maillots de tous les joueurs du Racing, que ce soit au Rugby ou au foot. Le choix de ces couleurs n'est pas anodin. Le Racing est à l'origine une association fondée en 1882 qui est vouée à l'athlétisme. Puis depuis, de nouvelles sections se sont créées. Le Racing est devenu un club omnisport. Il fut le premier champion de France de Rugby en 1892 à l'issue d'une finale gagnée contre le Stade Français. L'arbitre était d'ailleurs Pierre de Coubertin.

    C'est en 1884 que Georges Saint Clair institue les couleurs ciel et blanche qui font référence aux couleurs qui ornent le drapeau du pays qui est le berceau des jeux olympiques : la Grèce!

    Racing Metro - RC Toulon Grece_drapeau
    peter
    peter
    Posteur amateur


    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par peter Sam 9 Jan - 18:07

    Dans une interview publiée aujourd'hui dans le Parisien, Bernard LAPORTE, le président d'honneur du Stade Français réfléchit sur le succès de Castres, 1er du TOP 14 même s'il n'a pas sur le papier le meilleur effectif :

    Dans ce club, chacun reste à sa place, personne n'interfère sur le travail de l'autre : les entraîneurs entraînent et recrutent, le président dirige. De même, en football, connaissez-vous les présidents d'Arsenal ou de Manchester United ? Non, on connait les manageurs.

    Ce qui fait la force du Racing depuis 3 ans, c'est sa stabilité et surtout la personnalité de son manageur : Pierre BERBIZIER.

    Il est né dans une famille de rugbyman. Judoka de formation, il est ceinture marron à 14 ans mais il a choisi la voie qu'avait choisie avant lui son père : le rugby!

    Il a ainsi vécu sa passion du Rugby tout en travaillant : il a été professeur d'éducation sportive puis directeur commercial d'un groupe.

    Du monde du rugby il confie :

    J'ai découvert de belles choses en équipe de France... et les saloperies.

    Sélectionné pour la première fois en 1981 en équipe de France, il est en concurrence avec Jérôme Gallion au poste de demi de mêlée. A travers Pierre Berbizier, c'est Jacques Fouroux, le sélectionneur qui est visé par la polémique que les journalistes inventent!

    Il est le capitaine de l'équipe de France qui dispute la première finale de la coupe du monde de l'histoire contre les all-blacks en 1987. C'est la génération des Philippe SELLA, Serge BLANCO, Eric CHAMPS, etc...

    C'est aussi lui, le joueur français à inscrire l'essai le plus rapide de l'équipe de France, en 20 secondes lors d'un test-match contre l'ECOSSE en 1986.

    Pierre BERBIZIER devient ensuite sélectionneur de l'équipe de France après l'échec de la coupe du monde en 1991. Personne ne voulait du poste!

    Il conduit le XV de France sur la troisième marche du podium à la coupe du monde 1995 en Afrique du Sud. Son échec en demi-finale de la coupe du monde, malgré l'essai refusé à Benazzi pour 10 cm, met un terme à sa carrière de sélectionneur de l'équipe de France.

    Après avoir entraîné Narbonne de 1998 à 2001, il s'investit ensuite à la tête de la sélection Italienne dont il prend les destinées en main entre 2005 et 2007.

    Daniel Herrero écrit dans son Dictionnaire amoureux du Rugby :

    Sous les ordres de Berbizier, enfant de France au coeur vengeur plein de rigueur, les Italiens toujours élégants et fiers d'allure ont accompli en 2007 le meilleur Tournoi depuis leur intronisation. En battant Gallois et Ecossais, les rugbymen italiens des temps modernes conquirent l'estime et le respect de toute la nation ovale.

    Après la coupe du monde 2007, la fédération Italienne propose de reconduire le contrat de Berbizier jusqu'en 2011 mais il décide de relever un nouveau défi : faire remonter le Racing Metro, club qui végétait en Pro D2 depuis 10 ans, dans le TOP 14. Après un premier échec contre Mont de Marsan en finale des barrages à l'issue de la saison 2008, Pierre Berbizier et le Racing retrouvent l'élite à l'issue de la saison 2009.

    Pierre BERBIZIER vit aujourd'hui à Paris près des Invalides et retrouve dès qu'il le peut ses trois filles étudiantes et son épouse qui sont restées à Toulouse.

    A la question d'un journaliste du Parisien qui lui demande comment il envisage son avenir, Pierre BERBIZIER répond :

    Je ne me voyais pas à Paris, il y a trois ans. Sans le vouloir forcément, je fonctionne par cycles de quatre ou cinq ans. Le rugby m'a appris à m'adapter.

    Dans le monde du Rugby, le surnom de Pierre Berbizier est "Jésus". S'il n'a pas ressuscité au Racing, force est de reconnaître que c'est le Racing qu'il a ressuscité!

    Racing Metro - RC Toulon Berbizier-y-va-fort_actus
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par Prométhée Mer 13 Jan - 22:18

    peter a écrit:Juste un petit clin d'oeil pour Prométhée qui aime beaucoup Nice et qui sera surpris d'apprendre, s'il ne le sait déjà, qu'il s'est produit un miracle dans sa ville de même qu'il y en a eu un pour le Racing au début des années 2000 avec l'arrivée de Lorenzetti et pour Toulon avec l'arrivée providentielle de Boudjellal. En effet, bien que le Rugby soit peu populaire dans le sud-est de la France, les fées du Rugby se sont tout de même penchées sur Nice.
    Ce miracle s'est produit durant l'été 1971. A cette époque, le Rugby Club de Toulon avait atteint la finale du championnat de France contre l'AS Béziers. Mais la moitié de l'équipe était en conflit avec ses dirigeants.

    Donc 8 joueurs ont décidé de quitter le club Toulonais et de rejoindre Nice qui était alors en seconde division. Parmi eux, il y avait Jean-Claude Ballatore, André et Daniel Herrero. Cette arrivée inespérée de 8 joueurs de haut niveau fut l'évènement le plus important dans l'histoire du Racing Rugby Club de Nice qui dès 1972, atteint la finale du championnat de D2 et accède à l'élite. Les 20 plus belles années du Racing Rugby Club de Nice découle de cet évènement. En 1983, sous la houlette de Ballatore intronisé entraîneur, le club atteint même la finale du championnat de France contre l'AS Béziers. En 1985, Nice remporte le challenge Yves du Manoir. Les malheurs de Toulon au début des années 70 ont donc fait le bonheur de Nice qui a connu ses plus belles années parmi l'élite avant de la quitter en 1995. Nice a formé de grands joueurs. Nice évolue aujourd'hui en Fédérale 1, a pour entraîneur Christophe Moni qui est né à Nice et qui a porté le maillot de l'équipe de France. Le club ambitionne d'accéder à la Pro D2. Le joueur le plus emblématique de cette glorieuse époque fut Jean-François Tordo, né à Nice et formé au club qui fut le capitaine de l'équipe de France au début des années 90. Daniel Herrero évoque ce joueur en ces termes dans son dictionnaire amoureux du Rugby dans un article consacré au rucking :

    Jean-François Tordo, capitaine de l'équipe de France au début des années quatre-vingt-dix, avait un jeu au sol toujours très agressif, se jetant sur le ballon, essayant de le récupérer par tous les moyens, au risque parfois de faire de l'obstruction. Lors d'un match contre l'Afrique du Sud, un Springbok ne l'a pas laissé faire, et lui a infligé un rucking meurtrier, sur le visage, cette fois... Les crampons lui ont déchiré la joue de part en part. Ce fut la fin de la carrière de Tordo.
    Dictionnaire amoureux du Rugby page 418

    Salut Peter, pour ce qui est de l'histoire du RRCN, je ne connaissais absolument pas l'épisode 1971 avec la venue de "la bande des pirates de la Rades". Interpellé, j'ai fait quelques recherches sur cette période, et j'ai découvert que le président du Club était Alfred Méarelli, niçois fortuné, haï par le monde du rugby... Mais qui permis à Nice à son club de conquérir ses titres de noblesse.

    Je me souviens d'ailleurs dans mon enfance, être aller voir une rencontre au Stade Méarelli (je ne sais pas s'il portait déjà ce nom la à cette époque). Les tribunes étaient toutes en bois, on se serait cru dans un stade des années 20.

    Je me rappelle également, que lorsque j'évoluais en poussin et en pupille, sur les terrains situés à coté du stade du Ray, en fin d'après-midi et alors que la première mi-temps avait déjà été joué, on nous laissait pénétrer gratuitement dans la présidentielle, afin que nous puissions voir la fin des rencontres des rugbymans niçois.

    Concernant Jeff Tordo, je m'en rappelle très bien, il était très apprécié à Nice. Le RRCN, s'entrainait juste avant nous sur le terrain n°1 du stade Charles Ehrmann. Je le croisais tout les Mardi et jeudi, toujours accompagné de son bobtail. Et lorsqu'ils repartaient tout les deux dans la deux chevaux, l'un à coté de l'autre, c'était assez cocasse.

    Pour l'anecdote un autre club azuréen a également évolué dans l'élite du rugby français, il s'agit du Rugby Club Cannes Mandelieu lors de la saison 94-95.


    Dernière édition par Prométhée le Dim 17 Jan - 23:17, édité 1 fois
    peter
    peter
    Posteur amateur


    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par peter Sam 16 Jan - 1:35

    Salut Prométhée. Merci pour ta contribution qui m'a beaucoup fait rire en pensant à l'image surréaliste de Jean-François Tordo, dans une deux-chevaux, avec son bobtail mouarf mdrr mouarf mdrr
    Pour la petite anecdote, c'est Pierre BERBIZIER qui a intronisé Jean-François TORDO capitaine du XV de France car il appréciait sa pugnacité et ses qualités de meneur d'hommes. Il compte 18 sélections entre 91 et 93 dont 8 en tant que capitaine. Il a remporté le tournoi des V nations en 1993. C'était un talonneur avec plein d'agressivité dans le bon sens du terme.

    Je n'ai pas trouvé de photos de Tordo avec son bobtail sur la toile mais pour vous donner un avant goût de la scène cocasse qu'à du vivre Prométhée en le croisant à l'entraînement, voici quelques éléments :

    Racing Metro - RC Toulon Tordo-ok

    Racing Metro - RC Toulon Bobtail

    Racing Metro - RC Toulon Nico206_1097103043_2cv_avril_2004_54_640

    Jean-François Tordo a également porté les couleurs de Toulon avec qui il fut finaliste du championnat de France en 1989.

    Ce midi, j'étais à la FNAC et je suis tombé par hasard sur le livre ci-dessous qui est sorti en 2008 à l'occasion du centenaire du Rugby Club Toulonnais. Avis aux amateurs.

    Racing Metro - RC Toulon 517BYiC2B8L._SL500_AA240_
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par Prométhée Ven 22 Jan - 1:27

    Salut Peter, après mes anecdotes personnelles, voici un extrait du livre de l'ancien adjoint aux sports de la ville de Nice de 1965 à 1983, qui est bien plus pourvu sur l'histoire du rugby niçois.



    Le rugby niçois ne veut pas mourir…

    Le rugby a toujours été, plus ou moins, l’enfant terrible du sport niçois. Il peut être à la fois attachant, gagneur ou turbulent, décevant, excessif. A son palmarès deux titres dans les années 30, en Promotion puis en Honneur, qui correspondraient aujourd’hui à la Pro B. Entre 1945 et 1960 des « bâtisseurs » arrivèrent : Léo Buchet, un brillant joueur et un des pionniers, avec Robert Gourbat, le Dr Toussaint, Maurice Bonhomme, Marcel Volot, l’ancien international. Léo Buchet était apparenté à la famille Garibaldi, propriétaire de « L’Eclaireur de Nice » et le gendre du Dr Lamy dont la fille qu’il a épousée, Simone, était championne de pêche sous-marine. Cette grande famille, très unie, avec notamment, outre Léo, Jean, Claude, Charles dit « Charly », rédacteur en chef de « Nice-Matin », n’oublie pas que leur père, grand résistant, mourut en déportation et leur mère une grande dame. Puis arrivèrent les enfants ou petits-enfants, Thierry, Philippe et surtout Eric, qui fut le premier international, issu de l’école de rugby, Michel, Jérémie, frédéric, etc.

    A partir des années 1955/60, le R.R.C. Nice commença à grimper les échelons. On le retrouva en Honneur puis en 3e division, et enfin parmi l’élite, en 1968. Mais malgré la présence d’excellent joueurs : l’international Henri Roméro, Chapsal, Saint-Genès, Bonneric, les frères Allari, Baillet, Dijon, Argence, Bornerand, Fausto, etc, l’équipe retomba en 2e division. Le club s’y maintint en bon rang. Mais alors qu’elle venait de jouer les huitièmes de finale en 1971, une crise éclata à Toulon qui allait faire le bonheur de Nice. Sous l’impulsion d’André Herrero, leur valeureux capitaine, Fabien, Carreras, Giabbiconi, Irastorza, Daniel Herrero, Hache, Sappa, Ballatore, Vadella et quelques autres, qui venaient de frôler le titre dans une palpitante finale contre Béziers, passaient en bloc dans le camp niçois avec la bénédiction de la F.F.R. Les dirigeants d’alors, avec Alfred Méarelli, le président, Léo et Charly Buchet, qui connaissait bien le maire, accompagnés de Marcel Volot, avaient pris rendez-vous à la mairie. J’étais là, bien sûr, pour appuyer leur demande de subventions et faire l’effort financier pour conserver tous ces joueurs. Possédant déjà d’excellents éléments sur place tels Verdoulet, Sellar, Windship, Nice pouvait désormais traiter d’égal à égal avec les meilleurs. Finaliste de 2e division la même saison, il reprenait place parmi les grands. La venue de l’international Claude Lacaze allait accroître encore son potentiel. Ainsi vit-on les Niçois d’andré Herrero se qualifier pour la phase finale en 1974, sortir Avignon (22-3), La Rochelle (22-12) et faire trembler Béziers en quart (0-6). Il suffisait que son leader reprenne du service à prés de 38 ans pour que Nice se qualifie encore en 1976. Après avoir sorti Pau en seizième (7-6), il est curieusement éliminé bien qu’il ait dominé Agen, le futur champion, dans un huitième de final terminé sur un score nul (12-12) où les Agenais continuèrent leur route grâce au plus grand nombre de buts ! L’avenir du rugby niçois tenait dès lors aux racines que pourraient laisser André Herrero et ses Toulonnais. Pendant dix ans , Nice restera au sommet, avec en point d’orgue, la saison 1983, grâce à Alfred Méarelli, prématurément décédé, qui avait laissé son héritage à Alain Méarelli, son fils. Nice disputera au Parc des Princes la finale du championnat contre Béziers, avec Jean-Claude Ballatore aux commandes associé à Claude Lacaze et qui présenta : Charpentier, Bernard Herrero, Félix, Catoni, Pelloux, Orso, Eric et Philippe Buchet, François Pierre, Pedeutour, Mery, Trautmann, Bony, Vallet et Barthelemy. J’étais au Parc des Princes. Nice fut battu dans des conditions déplorables, les supporters biterrois ayant envahi la pelouse un quart d’heure avant la fin. Les Niçois se virent même refuser un essai parfaitement valable. La honte pour un arbitre dépassé. Nice remporta cependant le challenge Yves-du-Manoir en 1985. Des différends eurent lieu en 1986. Je ne les connais pas, n’étant plus adjoint aux sports. Beaucoup partirent en 1987. C’était la fin d’une grande époque. Trente ans après le fameux « transfert » de la bande à Herrero, Nice fut rayée de la carte de l’élite. Un second souffle est apparu récemment, grâce au Nice U.C. qui avait vécu longtemps à l’ombre du RRC Nice et s’y tint en bon rang. C’est lui sous le sigle de NURRC Nice, puis R.N.C.A (Rugby Nice Club Côte d’Azur) avec à sa tête le Président Baldacchino qui a repris le flambeau après avoir conclu une forme d’union. Il a gagné sa place en Fédérale 2, et les entraîneurs sont plein d’espoir. On joue aux Arboras, le nouveau stade inauguré par Guy Drut en 1999. Le chemin est encore long. Je souhaite bonne chance au rugby niçois du renouveau…

    Extrait du livre de Charles Ehrmann "LES DEVOIRS DE MEMOIRE D'UN HOMME D'HONNEUR" édité par Serre éditeur dépôt légal Octobre 2005
    peter
    peter
    Posteur amateur


    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par peter Sam 23 Jan - 1:57

    Très intéressant. Derrière le nom d'un stade (Mearelli, Ehrmann) se cache des hommes qui ont une histoire à nous raconter et tu es parvenu à la retrouver.

    Effectivement, le rugby a connu ses lettres de noblesses à Nice dans le sud-est ainsi qu'à Toulon, Cannes-Mandelieu ou encore Aix-en-Provence qui actuellement évolue en Pro D2. Mais le rugby ne suscite pas autant d'engouement dans le sud-est qu'il n'en suscite dans le sud-ouest. Ce sport s'est réparti inégalement d'un point de vue géographique. On dit qu'il constitue une exception régionale car en dehors du Sud-Ouest, on trouve peu de représentants des autres régions dans le TOP 14 ou en Pro D2.

    Je pense que le rugby peut vraiment se populariser et se développer grâce à l'abandon de l'amateurisme qui visait surtout à faire de ce sport l'apanage d'une élite sociale. Seuls ceux qui en avaient les moyens pouvaient se permettre de pratiquer ce sport au détriment des classes populaires qui ne pouvaient se servir du rugby comme d'un outil de promotion sociale car sa pratique n'était pas rémunérée.

    Donc à partir du moment où le rugby se professionnalise, il se démocratise... car il est pratiqué par une catégorie plus large de personnes. De plus, ce sport devrait devenir davantage populaire dans les années à venir grâce au succès du top 14 et à l'arrivée d'hommes ambitieux comme Guazzini au Stade Français, Lorenzetti au Racing, Boudjellal à Toulon et Afflelou à Bayonne qui prennent au sérieux ce sport et n'hésitent pas à mettre la main à la poche pour investir dans leur équipe. Même si tout le barnum que Guazzini a créé autour du Stade Français agace souvent, il a eu au moins le mérite d'attirer un public nouveau et de fidéliser les connaisseurs autour de cette équipe à Paris.

    C'est à Menton que repose William Webb Ellis, celui à qui l'on attribue l'invention de ce sport au collège de Rugby car il fut le premier à se saisir du ballon à la main pour aller marquer dans l'en-but adverse en 1823. Si le tombeau de l'inventeur du rugby se trouve dans le sud-est, c'est aussi dans cette région voir plus au sud encore qu'il faut trouver le berceau de ce sport!

    Loin d'avoir des origines Anglo-Saxonnes, il est possible que ce soit du côté de la Rome Antique que l'on trouve les origines de ce sport si l'on se fie au Dictionnaire amoureux du Rugby de Daniel Herrero :

    D'après les historiens, le rugby aurait des ancêtres dans l'Antiquité, notamment un jeu appelé "harpastum" - dont la racine grecque signife " arracher" -, venu d'Asie Mineure et importé par des légionnaires romains sur les îles Britanniques. [...]Comme souvent en ces temps anciens, l'objectif du jeu était assez sommaire : déposer par tous les moyens ce qui servait de ballon dans une zone défendue par l'équipe adverse.
    Dictionnaire amoureux du Rugby pages 251 et 252

    Contenu sponsorisé


    Racing Metro - RC Toulon Empty Re: Racing Metro - RC Toulon

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 4 Juil - 2:53

      Ne ratez plus aucun deal !
      Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
      IgnorerAutoriser