Basic instinct

    Gainsbourg - Vie héroïque

    peter
    peter
    Posteur amateur

    Nombre de messages : 249
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Gainsbourg - Vie héroïque Empty Gainsbourg - Vie héroïque

    Message par peter le Dim 24 Jan - 15:05

    On dit que si l’on ne boit pas, l’on ne fume pas et l’on ne sort pas avec des jolies filles, on vivra plus longtemps. En réalité, c’est la vie qui passe plus lentement. Gainsbourg, vie héroïque est un conte qui relate la vie à 1000 à l’heure de Serge Gainsbourg.
    Il s’agit d’un film qui est présenté par son réalisateur, le dessinateur Joann Sfar comme un conte. En effet, cette biographie de Gainsbourg sort des sentiers battus et comporte une grande part d’onirisme et de fantasmagorie. Joann Sfar a décidé de matérialiser Gainsbarre sous la forme d’une marionnette géante avec un grand nez et des oreilles décollées qui entretient tout au long du film un dialogue avec Gainsbourg. Le diable, étymologiquement, c’est le double (du grec diabolon = qui divise). Or Gainsbourg est au prise tout au long de ce film avec ce démon intérieur qui va être aussi sa source d’inspiration. J’aime ce qui est dans le cinéma sa capacité à exprimer l’invisible par le visible. Gainsbarre est ce démon qui rappelle à Gainsbourg ses origines modestes dans une famille juive immigrée qui a fui la Russie et qui va devoir se cacher sous l’occupation. Gainsbarre évoque également le fantôme de son petit frère qui est né avant lui mais décédé en bas âge et qui vient le hanter.

    Ce film est une grande réussite grâce aux acteurs : Elmosnino dont la ressemblance avec Gainsbourg est frappante. Mais surtout Anna Mouglialis au charme dévastateur dans son interprétation de Juliette Greco à qui Gainsbourg a composé entre autres LA JAVANAISE.

    Laetitia Casta fait une interprétation remarquable de Brigitte Bardot qui en bluffera plus d’un ! Elle avait comme point commun avec Bardot d’avoir prêté ses traits pour représenter la statue de Marianne. Elle fait une prestation prodigieuse et permet au film d’atteindre l’un de ses sommets ! Car l’idylle entre Gainsbourg et Bardot est brève. Elle met en exergue tout le paradoxe d’un homme qui se trouvait moche en se regardant dans le miroir du fait de ses oreilles décollées et de son nez proéminent et qui est parvenu grâce à son talent et son génie à séduire les plus belles femmes. Finalement ce film nous retrace le parcours atypique d’un des plus grands séducteurs de la chanson Française de la deuxième moitié du XXème siècle. Il nous offre des moments fugaces de pure beauté où l’on voit notamment Anna Mouglialis camper Greco ou encore Laetitia Casta danser sur la chanson « COMIC STRIP ». Enfin troisième actrice majeure dans ce film : Lucy Gordon qui incarne Jane Birkin.

    Tout le monde se souvient de cette ravissante actrice anglaise qui représentait dans Les poupées Russes la femme parfaite, celle que Xavier comparait à la Rue aux Proportions Idéales à St Petersbourg. C’est donc elle qui joue le rôle de Jane Birkin. Malheureusement, peu de temps après le tournage, cette actrice a mis fin à ses jours en 2009. Le film lui est donc dédié. Tout le paradoxe de ce film c’est que c’est une actrice morte, Lucy Gordon, qui joue le rôle d’une actrice vivante, Jane Birkin !

    Il y a également Sarah Forrestier qui fait une interprétation de France GALL épatante.

    Finalement Gainsbourg était le grand pygmalion de la chanson Française! Toutes ces femmes, et on ne les voit pas toutes, ont chanté ses chansons et c’est finalement Gainsbourg qui a contribué à leur légende en les façonnant. Il considérait la chanson comme un art mineur car il avait à l’origine une formation de peintre aux beaux arts. Il personnifie l’artiste maudit qui porte avec lui les frustrations de ne pas avoir produit de grandes oeuvres à l’instar de Fernand Léger qu’il a eu pour maître. A travers ce film, c’est toute une époque qui ressuscite : celle des Yéyés, de St Germain des Près dont Juliette Greco était la muse. Serge Gainsbourg est cet artiste maudit qui va trouver sa voie à travers la voix de toutes les femmes qu’il fera chanter. Malgré sa tête de choux, Serge Gainsbourg devient le chou-chou de ces dames. Un grand artiste tourmenté par son double qui le suit partout est né dans cette période où il décide de vendre son âme au diable en faisant des chansons qui s’adressent à un public pré-pubère et qu’il fera chanter par des femmes sublimes !

    Serge connaît le grand amour avec Brigitte Bardot et finalement c’est dans les bras de Jane Birkin surtout, qu’il se console. Laetitia CASTA est éblouissante dans son interprétation de Bardot en femme-enfant. Bardot fut l’égérie de Serge Gainsbourg, celle qui lui inspira la plus belle chanson d’amour qu’il n’a jamais écrite! Ce film rend donc hommage à toute une époque depuis la seconde guerre mondiale où dans le Paris occupé Serge Gainsbourg croise la grande Frehel. Ensuite dans le Paris de l’après-guerre où Gainsbourg rencontre un Boris Vian incarné par Philippe Catherine qui provoqua chez lui un déclic..

    On découvre aussi dans ce film la facette provocatrice du chanteur notamment à travers l’épisode quand il chanta la marseillaise façon Reggae qui déchaîna des réactions à la limite de l’anti-sémitisme.

    Ce film est agréable à regarder car on est séduit par toutes les femmes qu’il y a eu dans la vie de Serge Gainsbourg et on découvre également tous les hommes qui étaient en lui : Gainsbourg et Gainsbarre ! Il y a différentes facettes dans son personnage qui sont évoquées : notamment son côté provocateur quand à la fin de sa vie, Gainsbarre prit le dessus sur Gainsbourg.

    Mais l’artiste est d’une telle richesse qu’on peut vraiment dire qu’il y avait plusieurs hommes en lui : le peintre, le chanteur, le musicien, le poète, le cinéaste, le pygmalion, le provocateur, l’homme sensible, etc… Gainsbourg / vie héroïque est donc une grande réussite car il met en scène le paradoxe d’un pygmalion qui avait besoin d’égéries ! Si Gainsbarre a été plus fort que Gainsbourg à la fin de sa vie, Serge Gainsbourg se plaisait à rappeler que c’était sa faiblesse qui faisait sa force !

    Franck Sinatra a dit un jour qu’une chanson d'amour c’est une caresse mise en musique. C’est à travers les différentes chansons qu’il a écrites pour des femmes que l’on découvre la vie amoureuse et trépidante de Serge GAINSBOURG. Il ira plus loin que Sinatra car dans certaines de ses chansons les paroles sont des déclarations d'amour qui passent aux actes!

    Connaissez-vous la différence entre Gainsbourg et Gainsbarre ? Quand Gainsbarre se bourre, Gainsbourg se barre. On découvre en effet à la fin de sa vie un Gainsbourg dépendant de la cigarette et de l’alcool.
    Finalement, les cigarettes, ces clous du cercueil et l’alcool accélérèrent sa chute mais le film s’arrête bien avant lorsqu’il rencontre Bambou et que leur fils, Lulu, vient au monde !

    Oscar Wilde disait : « Les hommes rêvent de devenir le premier amour d’une femme, mais les femmes n’ont pas une telle ambition. Tout ce qu’elles désirent, c’est de devenir le dernier amour d’un homme. »

      La date/heure actuelle est Ven 18 Oct - 14:44