Basic instinct

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Basic instinct
Le deal à ne pas rater :
Codes promo AliExpress : jusqu’à -50€
Voir le deal

    AMÉRIQUE LATINE - La gauche prend le pouvoir

    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    AMÉRIQUE LATINE - La gauche prend le pouvoir Empty AMÉRIQUE LATINE - La gauche prend le pouvoir

    Message par Prométhée Mer 21 Déc - 17:11

    AMÉRIQUE LATINE - La gauche prend le pouvoir 507048


    Avec la victoire d'Evo Morales à l'élection présidentielle bolivienne, le Péruvien Ollanta Humala porté par les sondages, la Chilienne Michelle Bachelet en passe de devenir présidente du Chili, Lula et Hugo Chávez à la tête de leurs pays, l'Amérique du Sud prend résolument la voie de gauche. Et la presse du continent croit déceler enfin une alternative au modèle impérialiste des Etats-Unis.

    "L'élection d'Evo Morales et de l'Assemblée nationale sont historiques parce qu'elles sont les premières à se dérouler sans trucages et sans fraudes dans notre pays. Ce qui était impensable il y a encore peu. Et il est aussi important de signaler que Morales a obtenu 51 % des voix, ce qui signifie que ce ne sont pas seulement les ruraux ou les mouvements sociaux qui ont voté pour lui, mais une frange plus large encore de l'électorat", considère le quotidien bolivien La Razón.

    Pour son confrère équatorien Hoy, cependant, "la victoire électorale de Morales a un contenu ethnique évident, le dirigeant des planteurs de coca s'étant déjà décrit lui-même à l'occasion comme ‘un Indien Aymara, les cheveux noirs, la peau cuivrée et laid'". De son côté, le quotidien mexicain de gauche La Jornada remarque que, "en Bolivie, la marginalisation et la pauvreté affectent presque 70 % de la population. Le produit intérieur brut par personne par an s'élève à peine à 2 200 euros et 79 % des ruraux vivent dans la misère la plus totale. Evo Morales est arrivé pour donner une voix à ce groupe qui historiquement a été exclu du pouvoir."

    Ainsi, analyse le journal mexicain, "le triomphe du dirigeant des cocaleros s'inscrit-il dans une tendance qui a marqué les dernières années en Amérique latine : le processus démocratique. De manière générale, l'arrivée de Morales à la magistrature suprême de son pays est une preuve de plus que la démocratie avance en Amérique latine." Pour La Razón aussi, "on constate que le reflux historique de la droite, consolidé ces jours-ci en Bolivie, concerne plusieurs pays d'Amérique du Sud. Le continent est en train de virer à gauche, et cela fait partie de la dynamique des nations."

    Página 12 relève pour sa part que, "pour la première fois dans l'histoire de l'Amérique du Sud, un président indien dirigera le pays qui compte le plus d'Amérindiens, et ce après des élections démocratiques". Mais cela ne s'arrête pas là, constate le quotidien argentin : "Voici peu, avec la victoire de Lula au Brésil, c'était un ouvrier qui parvenait à la présidence du pays le plus industrialisé du continent. Et, si Michelle Bachelet gagne le 15 janvier au Chili, ce sera la première fois qu'une femme – une mère célibataire – arrive à ce poste par la voie des urnes. En Uruguay aussi le gouvernement est maintenant de gauche, et en Argentine également le mouvement qui dirige est d'une tendance qui s'est fortement opposée à la dictature dans les années 1970. Au Venezuela, enfin, Hugo Chávez est l'expression des pauvres historiquement rejetés de la vie politique et économique." Pour son confrère Clarín, "le triomphe d'Evo Morales est le produit quasi inévitable d'un processus historique concret".

    Le quotidien colombien El Tiempo va dans le même sens : "Ce n'est pas un phénomène isolé, mais un signal qu'il ne faut pas sous-estimer. Alors qu'au Pérou le colonel Ollanta Humala, un populiste de gauche qui a contribué à chasser le président Fujimori par un coup d'Etat salutaire, monte de plus en plus dans les sondages avant l'élection présidentielle prévue le 9 avril 2006, l'Indien bolivien Evo Morales gagne l'élection présidentielle au premier tour avec une majorité absolue. Ils marquent tous les deux la fin de ces républiques aristocratiques qui se sont installées dans les Andes, permettant que, durant des décennies, des élites politiques et économiques accaparent le pouvoir."

    D'ailleurs, reprend El Tiempo, "il n'y a rien de fortuit à ce que les deux fassent la promesse ‘d'éradiquer la corruption et de la sanctionner de manière exemplaire', de ‘tenir compte des cultures indiennes', de construire ‘une armée moralement solide et physiquement dissuasive' et d'interdire ‘les traités qui ne correspondent pas à nos intérêts nationaux ou qui portent atteinte à notre souveraineté'. Mais il ne faut pas s'y tromper, les votes ou les intentions de votes au Pérou ou en Bolivie ne sont pas un simple rejet de la démocratie dirigée. Au-delà des protestations, les électeurs péruviens et boliviens cherchent un avenir."

    Et ils ne sont pas les seuls, ajoute La Jornada. "Ces dernières années, les Argentins, les Brésiliens, les Uruguayens, les Vénézuéliens ont soutenu ce changement, votant pour des projets qui promettent une vie meilleure, fondés essentiellement sur la modification du modèle économique dicté depuis des décennies par les Etats-Unis et les organismes financiers internationaux, cause de la misère dans la région." El Tiempo met toutefois en garde : "S'ils veulent faire émerger un nouveau modèle de pouvoir, ces leaders doivent être conscient qu'ils ne le cherchent pas seulement pour leur communauté, mais bien pour toute une société."

    "Les origines, les noms, les pratiques, les identités sont différents, mais tous ces mouvements expriment les mêmes profondes transformations culturelles, tous sont les protagonistes de phénomènes de démocratisation et d'intégration sociale. La grande inconnue est que cette tendance garde aussi sa vigueur au moment de toucher la sphère économique", analyse encore Página 12.

    "Dans le cas de la Bolivie, Evo Morales est aujourd'hui face au défi le plus terrible de son existence. Dans les trente jours à venir [il ne sera investi que le 22 janvier], il va devoir penser et agir comme un mandataire de l'Etat, comme un homme d'Etat, et faire de la tolérance et du respect des promesses faites une garantie de confiance", complète La Razón.

    Mais, attention, s'inquiète La Jornada, "si, pour obtenir un changement réel, il existe une alternative de gauche, progressiste, ou quelque dénomination qu'on veuille lui donner, qui travaille réellement en faveur de la majorité, pour qu'elle parvienne à quelque chose, il est nécessaire que les Etats-Unis laissent enfin l'Amérique latine décider de son destin".

    En gros, selon Clarín, revenir à "l'héritage des années 1950 à 1970, quand les nations du continent cherchaient encore une voie qui leur était personnelle". Et le quotidien argentin de rappeler que Noam Chomsky écrivait encore voilà peu dans ses colonnes que, "du Venezuela à l'Argentine, le continent sud-américain évolue désormais hors de tout contrôle. Et la politique de Washington en Amérique latine ne mènera qu'à l'isolement des Etats-Unis."


    Eric Glover "Courrier international" - 21 décembre 2005

    AMÉRIQUE LATINE - La gauche prend le pouvoir Maradonaevo_copia
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    AMÉRIQUE LATINE - La gauche prend le pouvoir Empty Re: AMÉRIQUE LATINE - La gauche prend le pouvoir

    Message par Prométhée Sam 21 Jan - 15:32

    AMÉRIQUE LATINE - La gauche prend le pouvoir Fotocomando-021


    La candidate de la gauche unie est la première présidente élue en Amérique du Sud • Elle l'a emporté par 53,5 % des suffrages contre 46,5 % à son adversaire, Sebastian Pinera •


    Une femme à la tête du Chili ! C'était inimaginable il y a seulement quelques années dans ce pays considéré comme l'un des plus conservateurs d'Amérique latine. Où l'avortement, même thérapeutique, est encore un délit, où le divorce a été légalisé il y a seulement deux ans, où plus de 60 % des femmes sont à la maison. C'est pourtant devenu réalité hier soir. D'après une estimation du ministère de l'Intérieur sur la base de 97 % des bulletins dépouillés, Michelle Bachelet l'a emporté par 53,5 % des suffrages contre 46,5 % à son adversaire, Sebastian Pinera. A 23 heures, hier soir, heure de Paris, Sebastian Pinera a reconnu sa défaite. «Je tiens à féliciter mon adversaire, non seulement parce qu'elle devient la première présidente du Chili mais je veux aussi rendre hommage aux millions de femmes qui ont lutté pour parvenir à la place qui leur revient», a-t-il déclaré à la télévision.

    Michelle Bachelet devient la première présidente élue d'Amérique du Sud (1). La socialiste, qui porte les couleurs d'une coalition nommée la Concertation, rassemblant, outre les socialistes, les radicaux et les démocrates-chrétiens, a relevé tous les défis au cours d'une campagne électorale qui a duré plus d'un an, sa première campagne présidentielle.

    «Péchés». «La Michelle», comme on l'appelle ici, accumulait contre elle «tous les péchés», comme elle le dit elle-même en riant : femme, non croyante, mère célibataire, socialiste. Elle a réussi à surmonter le machisme ambiant et le rejet que pouvait provoquer son agnosticisme dans un pays où plus de 70 % de la population se dit catholique. Elle a su aussi démentir son adversaire qui n'a cessé au long de la campagne de mettre en doute sa force de caractère et ses compétences. Bien qu'elle ne soit pas elle-même un chef de parti mais davantage une militante, cette pédiatre de 54 ans est parvenue à faire l'unanimité au sein de sa coalition, au pouvoir depuis seize ans, c'est-à-dire depuis la fin de la dictature. Elle s'est aussi rapprochée du Parti communiste (4 % de l'électorat environ), qui a appelé à voter en sa faveur.

    La partie n'était pas gagnée. Michelle Bachelet n'est apparue sur la scène politique que récemment. Sortie de l'ombre par l'actuel président, Ricardo Lagos, qui la nomme ministre de la Santé en 2000, elle devient, deux ans plus tard, ministre de la Défense. La première femme à ce poste en Amérique latine. A partir de cette date, alors qu'elle gère un ministère sous tension, à cause des poursuites judiciaires lancées contre Pinochet, sa popularité ne cesse de grimper. Les sondages ont poussé sa coalition à la nommer candidate. C'est en partie sa spontanéité, sa joie de vivre, son franc-parler dénué de populisme qui ont fait sa popularité. Cette mère célibataire de trois enfants, qui emmène elle-même le matin sa fille de 12 ans au collège, incarne l'espoir d'une politique plus proche des gens et de leur quotidien, une politique plus citoyenne. Un espoir pour les Chiliens d'être entendus et écoutés. «Elle ressemble à tout un chacun, souligne Tomas Mosciatti, directeur de Bio-Bio. Elle n'est pas assimilée aux grands dirigeants, incrustés sur la scène politique depuis des années, qui apparaissent déconnectés de la réalité vécue par la population. Elle est quelqu'un à qui la population s'identifie.»

    Torturée. Elle incarne également l'histoire de son pays. Son père, Alberto Bachelet, un général d'aviation d'origine française, est mort en 1974 sous la torture dans les prisons de la dictature. Il avait été arrêté pour sa fidélité à Salvador Allende. Un an plus tard, son épouse et sa fille, Michelle, étaient arrêtées et expédiées à leur tour dans un des centres de torture les plus importants du Chili, la Villa Grimaldi. Exilée ensuite en Australie, puis en Allemagne de l'Est, elle n'a jamais cessé, à travers le Parti socialiste, clandestin à l'époque, de lutter contre la dictature. Lorsqu'elle a été nommée ministre de la Défense, c'est une page qui s'est tournée symboliquement au Chili.

    Les Chiliens attendent d'elle des réformes de l'éducation, de la santé, des retraites, plus d'opportunités pour les femmes, des lois contre les discriminations, davantage d'emplois, un plus grand respect de l'environnement... Car le Chili est l'un des pays où la différence entre riches et pauvres est la plus grande, malgré une croissance de 5 à 6 % par an. Une inégalité qui s'est creusée sous le gouvernement sortant. Beaucoup d'attentes, donc, pour une présidente qui sera au pouvoir quatre ans seulement, sans possibilité de réélection.

    (1) L'Argentine María Estela Martínez de Perón a succédé à la présidence à la mort de son mari. Les deux autres présidentes élues, Violeta Chamorro et Mireya Moscoso, sont centraméricaines (nicaraguayenne et panaméenne).

    par Claire MARTIN
    Liberation le lundi 16 janvier 2006

      La date/heure actuelle est Lun 4 Juil - 2:51

      Ne ratez plus aucun deal !
      Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
      IgnorerAutoriser