Basic instinct

    Mon ami Machuca, Andrès Wood

    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post

    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Mon ami Machuca,  Andrès Wood Empty Mon ami Machuca, Andrès Wood

    Message par Prométhée le Mer 7 Juin - 19:35

    Mon ami Machuca,  Andrès Wood Z7fw




    En 1973, le Chili connaît de sauvages affrontements, des manifestations monstres qui aboutissent à la destitution et l’élimination de Salvador Allende et l’instauration d’un régime d’exception par Pinochet, faisant du pays une dictature appuyée par la junte militaire. On sait que les dix-sept années suivantes seront inscrites sous le joug du sinistre Pinochet et plongeront le pays dans une période placée sous le signe de l’autorité et de la contestation grandissante qu’il aura beaucoup de mal à surmonter.

    C’est dans ce contexte tragique d’une fin de démocratie que prend place le troisième long-métrage de Andrès Wood, jeune cinéaste chilien passé par des études de cinéma à New York et très impliqué dans cette histoire à haute teneur autobiographique. Il déclare lui-même « avoir ressenti un vrai besoin » de la tourner, et aussi parce que sous de multiples aspects, elle représente une première fois : celle du regard d’enfants sur ces événements « qui regardent, ne jugent pas, ne donnent pas leur opinion, sont simplement témoins » ; celle d’un filmage d’une fiction dont l’auteur, tout juste âgé de quarante ans, a lui-même vécu la réalité qui en fait les fondements.

    Gonzalo Infante, gamin un rien potelé et criblé de tâches de rousseur, est un bon élève discret et le souffre-douleur de quelques camarades du Collège Anglais pour garçons, un établissement très huppé de Santiago, dirigé par le Père Mac Enroe, un prêtre irlandais aux idées progressistes qui l’amènent à intégrer quelques garçons défavorisés des bidonvilles environnants, dans le but fort humaniste de l’apprentissage de la différence, du respect et de la tolérance. Parmi eux, Pedro Machuca qu’un jeu de taquin des places dans la classe fait se retrouver juste derrière Gonzalo. Les deux collégiens que tout oppose deviennent des amis et font l’expérience de la vie, celle des premières amours, de la déception et de la rébellion instinctive. Et surtout assistent impuissants et désarçonnés au coup d’état sanglant.

    La première partie du film est plutôt légère comme une bluette d’adolescents. Souvent filmée en couleurs sépia, elle montre le rapprochement des deux garçons, leur environnement familial et évite tout manichéisme. En effet riche ou pauvre, chacun a des soucis avec sa famille : Gonzalo apprécie peu d’avoir à accompagner son élégante, possessive et frivole mère dans ses escapades adultérines ; quant à Pedro, son père est un ivrogne qui a déserté l’insalubre cabane dans laquelle il tente de survivre avec sa mère et sa petite sœur. Le ton est alors léger. Nous sommes au début des années 70, ce que le film reconstitue parfaitement dans le décor des appartements et l’habillage musical. Silvana, la jeune cousine délurée et frondeuse de Pedro, vient s’ajouter au duo et provoque émois et jalousie chez les nouveaux copains.

    Dans les deux premiers tiers, le climat insurrectionnel et le coup d’état en préparation ne sont que suggérés : extraits d’émissions, unes de journaux, slogans peints sur des murs, banderoles de manifestations.

    Pendant ce temps-là, l’histoire suit son cours, voyant l’accroissement de l’agitation et des débordements dans la rue. L’évolution est strictement observée du seul point de vue de Gonzalo, en train de voir voler en éclats ses rêves de justice et son amitié avec Pedro lorsqu’ éclate la violence perpétrée par l’entrée en scène des militaires.

    On peut trouver Mon ami Machuca gentillet et pétri de bonnes intentions, ce qui n’est pas totalement faux. Un casting efficace doublé d’une remarquable interprétation y contribue également. Mais il ne faut pas réduire le travail de Andrès Wood à un teenmovie sans aspérités et avec happy end obligatoire. Dans son propos et son traitement, la référence immédiate – que revendique le réalisateur lui-même -, c’est bien sûr Au revoir les enfants de Louis Malle et plus généralement le cinéma de Truffaut quand il se penchait sur les affres de l’adolescence. Il est dès lors difficile de rester de marbre devant des gosses pris en otages d’événements qui les dépassent et marqueront durablement leur vie

    Honnête et sensible, d’abord émouvant avec quelques facilités, puis franchement bouleversant, Mon ami Machuca est une œuvre populaire au bon sens du terme qui constituera un honorable et divertissant choix pour une sortie – en famille ! – du samedi soir.

    Patrick Braganti

      La date/heure actuelle est Ven 18 Oct - 15:11