Basic instinct

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Basic instinct
Le Deal du moment : -30%
Ecran PC Gamer Incurvé – VIEWSONIC VX3218 ...
Voir le deal
189 €

3 participants

    Le discours de Ratisbone

    Maldoror
    Maldoror
    Posteur


    Nombre de messages : 348
    Localisation : En demande d'asile poétique
    Date d'inscription : 10/03/2005

    Le discours de Ratisbone Empty Le discours de Ratisbone

    Message par Maldoror Dim 17 Sep - 13:53

    Ci joint la traduction française de l'intégralité du désormais célèbre Discours de Ratisbone.

    L'objet du délit étant plus précisément ce pasage du discours:
    Dans le septième entretien (dialexis — controverse) édité par le professeur Khoury, l'empereur aborde le thème du djihad, de la guerre sainte. Assurément l'empereur savait que dans la sourate 2, 256 on peut lire: " Nulle contrainte en religion ! ". C'est l'une des sourates de la période initiale, disent les spécialistes, lorsque Mahomet lui-même n'avait encore aucun pouvoir et était menacé. Mais naturellement l'empereur connaissait aussi les dispositions, développées par la suite et fixées dans le Coran, à propos de la guerre sainte. Sans s'arrêter sur les détails, tels que la différence de traitement entre ceux qui possèdent le " Livre " et les " incrédules ", l'empereur, avec une rudesse assez surprenante qui nous étonne, s'adresse à son interlocuteur simplement avec la question centrale sur la relation entre religion et violence en général, en disant: " Montre-moi donc ce que Mahomet a apporté de nouveau, et tu y trouveras seulement des choses mauvaises et inhumaines, comme son mandat de diffuser par l'épée la foi qu'il prêchait ". L'empereur, après s'être prononcé de manière si peu amène, explique ensuite minutieusement les raisons pour lesquelles la diffusion de la foi à travers la violence est une chose déraisonnable. La violence est en opposition avec la nature de Dieu et la nature de l'âme. " Dieu n'apprécie pas le sang — dit-il —, ne pas agir selon la raison , “sun logô”, est contraire à la nature de Dieu. La foi est le fruit de l'âme, non du corps. Celui, par conséquent, qui veut conduire quelqu'un à la foi a besoin de la capacité de bien parler et de raisonner correctement, et non de la violence et de la menace... Pour convaincre une âme raisonnable, il n'est pas besoin de disposer ni de son bras, ni d'instrument pour frapper ni de quelque autre moyen que ce soit avec lequel on pourrait menacer une personne de mort...".

    L'affirmation décisive dans cette argumentation contre la conversion au moyen de la violence est : ne pas agir selon la raison est contraire à la nature de Dieu. L'éditeur Théodore Khoury commente : pour l'empereur, un Byzantin qui a grandi dans la philosophie grecque, cette affirmation est évidente. Pour la doctrine musulmane, en revanche, Dieu est absolument transcendant. Sa volonté n'est liée à aucune de nos catégories, fût-ce celle du raisonnable. Dans ce contexte, Khoury cite une œuvre du célèbre islamologue français R. Arnaldez, qui explique que Ibn Hazn va jusqu'à déclarer que Dieu ne serait pas même lié par sa propre parole et que rien ne l'obligerait à nous révéler la vérité. Si cela était sa volonté, l'homme devrait même pratiquer l'idolâtrie


    C'est semble-t-il ce passage de l'allocution théologique de Benoit 16 qui est perçu comme une énième offense de l'"Occident chrétien" envers le monde musulman.
    Et ce Pape en effet a commis un crime impardonnable: il s'est permis de fustiger toute forme de conversion religieuse par la contrainte, il a refusé de légitimer la force comme vecteur de la foi. Impardonnable, un véritable appel à la haine religieuse, à n'en pas douter...
    Par ailleurs, dans ce discours désireux de rescuciter la tradition scolastique, il a rappelé que dans la doctrine musulmane, la foi et la raison étaient peu conciliables, du fait du caractère transcendal de Dieu en Islam.
    Il est des vérités premières qui, semble-t-il, n'ont plus droit de cité.

    Et c'est ainsi que nombre d'adeptes de cette religion de "fraternité et de tolérance" qu'est l'Islam exigent des excuses papales. Mais pas n'importe quelles excuses. Celles ci doivent être prononcées en bonne et due forme. A genoux si possible...


    _________________
    Le discours de Ratisbone Lecrachoirbannirecliquable20xy
    Maldoror
    Maldoror
    Posteur


    Nombre de messages : 348
    Localisation : En demande d'asile poétique
    Date d'inscription : 10/03/2005

    Le discours de Ratisbone Empty Re: Le discours de Ratisbone

    Message par Maldoror Dim 17 Sep - 21:30

    Face à la vague de complaisance médiatique, il me vient un écho terrible de cet auteur peu fréquentable, contenu tout entier dans un texte écrit lors de l'inauguration de la grande mosquée de Paris. Le dit texte étant daté de 1926, ce qui n'augure rien de bon sur la capacité de nos contemporains à déceler les abberrations que nous traversons actuellement.

    "Quelques rues du centre de Paris sont égayées par les très belles robes de nos visiteurs marocains. Il y en a de vertes, il y en a de toutes les nuances. Certains de ces majestueux enfants du désert apparaîtraient "vêtus de probité candide et de lin blanc" si leur visage basané et presque noir ne faisait songer au barbouillage infernal. Que leurs consciences soient couleur de robe ou couleur de peau, leurs costumes restent enviables ; le plus négligent des hommes serait capable des frais de toilette qui aboutiraient à ces magnifiques cappa magna, à ces manteaux brodés de lune et de soleil. Notre Garde républicaine elle-même, si bien casquée, guêtrée et culottée soit-elle, cède, il me semble, à la splendeur diaprée de nos hôtes orientaux. Toute cette couleur dûment reconnue, il n'est pas moins vrai que nous sommes probablement en train de faire une grosse sottise.

    Cette mosquée en plein Paris ne me dit rien de bon. II n'y a peut-être pas de réveil de l'Islam, auquel cas tout ce que je dis ne tient pas et tout ce que l'on fait se trouve être aussi la plus vaine des choses. Mais, s'il y a un réveil de l'Islam, et je ne crois pas que l'on en puisse douter, un trophée de la foi coranique sur cette colline Sainte-Geneviève où tous les plus grands docteurs de la chrétienté enseignèrent contre l'Islam représente plus qu'une offense à notre passé : une menace pour notre avenir.

    On pouvait accorder à l'Islam, chez lui, toutes les garanties et tous les respects. Bonaparte pouvait se déchausser dans la mosquée, et le maréchal Lyautey user des plus éloquentes figures pour affirmer la fraternité de tous les croyants : c'étaient choses lointaines, affaires d'Afrique ou d'Asie. Mais en France, chez les Protecteurs et chez les Vainqueurs, du simple point de vue politique, la construction officielle de la mosquée et surtout son inauguration en grande pompe républicaine, exprime quelque chose qui ressemble à une pénétration de notre pays et à sa prise de possession par nos sujets ou nos protégés. Ceux-ci la tiendront immanquablement pour un obscur aveu de faiblesse. Quelqu'un me disait hier :

    - Qui colonise désormais ? Qui est colonisé ? Eux ou nous ?

    J'aperçois, de ci de là, tel sourire supérieur. J'entends, je lis telles déclarations sur l'égalité des cultes et des races. On sera sage de ne pas les laisser propager, trop loin d'ici, par des hauts parleurs trop puissants. Le conquérant trop attentif à la foi du conquis est un conquérant qui ne dure guère.

    Nous venons de transgresser les justes bornes de la tolérance, du respect et de l'amitié. Nous venons de commettre le crime d'excès. Fasse le ciel que nous n'ayons pas à le payer avant peu et que les nobles races aux- quelles nous avons dû un concours si précieux ne soient jamais grisées par leur sentiment de notre faiblesse. "


    _________________
    Le discours de Ratisbone Lecrachoirbannirecliquable20xy
    Maldoror
    Maldoror
    Posteur


    Nombre de messages : 348
    Localisation : En demande d'asile poétique
    Date d'inscription : 10/03/2005

    Le discours de Ratisbone Empty Re: Le discours de Ratisbone

    Message par Maldoror Lun 18 Sep - 11:41

    Ci joint un échantillon d'antidote contre l'islamophobie qui, ces derniers jours, a pu paraitre gagner ses lettres de noblesse tant la réaction de l'Oumma a illustré,et ce avec un brio consternant, les peurs viscérales que suscite l'Islam.
    Echantillon seulement, la voix de cet auteur étant marginale... mais parait il tous les prêches doivent commencer dans un désert.

    Cet insuportable regard des autres, par Ahmed Alli


    A la différence des caricatures offensantes de l’année dernière, la réaction a été quasi immédiate. C’est que la machine de l’indignation est désormais rodée.

    Des Frères musulmans d’Egypte aux baathistes du Yémen, c’est l’unanimisme. Les musulmans d’aujourd’hui ne cherchent plus l’élévation spirituelle, ils vivent en état d’alerte permanente. Ils chassent le moindre glissement sémantique, la plus petite atteinte à leur vérité historique.

    Ils sont les Nemrod des dérapages verbaux, comme les déclarations du pape Benoît XVI. Les musulmans ont le doigt sur la détente des armes de l’indignation, de la colère et du ressentiment. Aujourd’hui, au moindre signal, la protestation s’organise et se transforme, pourquoi pas, en actes de représailles. Le pape, c’est combien de divisions ?, disait Staline pour tourner en dérision la supposée puissance du Vatican.

    Avec quelques phrases bien senties, dont certaines proviennent du fond des âges de l’Islam, ce pape-là vient de démontrer la puissance du verbe. Rendez-vous compte même le roi notre voisin incapable tout comme nous de secouer le cocotier, trouve le temps d’être choqué. Il rappelle son ambassadeur au Vatican en signe de protestation contre les déclarations du pape Benoît XVI. Après tout, il est dans son rôle de "Commandeur des croyants" même si la foi populaire vacille aussi au Maroc sous l’effet des vents d’est.

    C’est une véritable tempête qui s’est emparée de la "Oumma" arabe et islamique. Les islamistes, les baathistes, les nassériens et les mine de rien, tous unis, brandissent l’étendard de la révolte. Nos chers petits anges, taxés hâtivement de terroristes, se proposent comme instruments de notre vengeance. Ils menacent d’attaquer Rome et le Vatican et nous sommes tout disposés à les croire.

    Dans ce climat de fureur et de grondements collectifs, il est difficile de faire entendre la voix de la raison. Ayant abdiqué depuis longtemps toute tentation de scruter le fond de nos problèmes, il est normal que nous ne supportions plus le regard des autres. Surtout s’il est dépourvu d’aménité. Surtout s’il provient du pape de la chrétienté dont l’opinion sur l’Islam nous tient tant à cœur. Bien que le Benoît XVI n’ait jamais eu la réputation d’être un fervent admirateur de l’Islam, l’universelle naïveté musulmane croyait à sa prochaine conversion.

    Au lieu de cela, il nous poignarde dans le dos en affirmant que nous sommes devenus musulmans avec un couteau sur la gorge. Pourtant, à y regarder de près, Benoît XVI n’apporte rien de neuf en affirmant que l’Islam s’est propagé par l’épée. En dehors de quelques exaltés friands de mythes, tous les historiens l’ont écrit et, parmi eux, des Arabes et des musulmans.

    Il ne fait que répéter aussi ce qui se dit en Islam à propos du djihad. Quant aux commentaires et citations empruntées, il en existe tout un florilège dans la culture occidentale. Attendre du pape qu’il dise du bien de l’Islam, c’est comme demander à Karadhaoui de chanter les louanges de l’Eglise adventiste. Encore que... C’est un peu l’idée que défend, en solitaire, l’imam de la Porte-d’Aix à Marseille, Mohand Alili.

    Certes, cet imam n’aura jamais la faveur des chaînes satellitaires arabes mais il aura au moins le mérite d’aller à contre-courant du discours dominant. "Ce sont les musulmans qui ont la tête à l’envers" en pensant que le pape va glorifier l’Islam, dit-il. Benoît XVI "défend ce qu’il est" et c’est aux musulmans de dire : "Voilà ce que nous sommes." "Je ne vois pas pourquoi les musulmans s’en prennent au pape au lieu de s’en prendre aux leurs", à ceux "qui ont décrédibilisé l’islam", a encore noté Mohand Alili. "Je ne vois pas pourquoi je vais m’emporter contre le pape."

    Plus incisif, l’écrivain irakien Hani Nakchabandi signe dans le magazine Elaph ce point de vue dont nous extrayons l’essentiel : " Assurément, le pape a commis une erreur mais est-il le seul à être tombé dans l’erreur avec ses déclarations contre l’Islam et les musulmans ? Je dis non !

    Nous commettons tous les jours mille fois plus d’erreurs que lui. Dans chaque prêche du vendredi, nous insultons les pères des pères des chrétiens et les aïeux des aïeux des juifs. Dans chaque prêche du vendredi, nous demandons à Dieu de les détruire, de faire de leurs épouses des veuves et de leurs enfants des orphelins. Dans toutes nos écoles, nous apprenons à nos écoliers que les chrétiens sont impurs et voués à l’enfer. Dans chaque foyer nous apprenons à nos enfants qu’ils sont notre ennemi principal, que nous devons les tuer ou être tués. Nous interdisons même d’invoquer le salut pour leurs défunts même s’ils ont été des hommes de bien et utiles à l’humanité...

    Oui, le pape du Vatican s’est trompé mais comme lui nous nous sommes trompés et plus encore. Le mufti d’Al- Azhar, le mufti de Palestine, les théologiens de l’Arabie saoudite et du monde islamique, en général, où en sont-ils de la générosité de l’Islam qui prêche le bien et interdit de porter atteinte aux autres même en paroles ? Pourquoi ont-ils gardé le silence devant nos propos sur les chrétiens et ont-ils bougé lorsque le pape a évoqué la personne du Noble Prophète ?

    Même si les déclarations ultérieures du Vatican ne sont qu’un semblant d’excuse, elles comportent, dans le pire des cas, une reconnaissance de l’ampleur de l’erreur commise. Mais je n’ai pas entendu une seule fois de la bouche d’un mufti ou d’un cheikh musulman des mots pour dire que les injures et les anathèmes lancés contre les chrétiens n’étaient pas permis et s’opposaient à la tolérance de l’Islam.

    Je n’ai pas entendu un seul imam dire que ces comportements étaient erronés. Et prêcher avant tout à nos enfants et à nos écoliers l’amour du prochain. Oui, le pape s’est trompé, il s’est lourdement trompé. Mais nous nous sommes trompés comme lui et nous continuons à persévérer dans l’erreur tous les vendredis, et même tous les jours."

    Dans le même esprit, la Tunisienne Raja Benslama invite les musulmans à se réformer et à offrir une autre image d’eux-mêmes. "Nous voyons, dit-elle, les musulmans pleurer sur les atteintes à l’image de l’Islam et des musulmans. Comme si cette image n’était pas conforme à l’original. Ils déplorent la montée de l’islamophobie comme si l’Islam, tel que nous le vivons aujourd’hui, était indemne de toutes phobies.

    Phobie des femmes et des faibles, phobie des gens qui prient et pensent différemment. Viennent ensuite les cris de ceux qui ont imposé leur tutelle à l’Islam, enturbannés ou non. Ils prennent les devants et répètent à l’envi que l’Islam est la religion de l’amour, de la tolérance, de l’égalité et de la raison. Ils exigent de quiconque veut parler de l’Islam qu’il soit musulman comme eux, qu’il appuie leurs opinions sur l’Islam. Sinon qu’il s’excuse. Sinon malheur à lui !"

    "Les plumes se sont asséchées à force de réclamer la libération de la femme musulmane, depuis plus d’un siècle, note encore l’universitaire tunisienne. Les voix se sont enrouées à demander l’ouverture des portes de l’"ijtihad", l’abandon des châtiments corporels humiliants, la renonciation à condamner l’apostasie et la reconnaissance de la citoyenneté pour les minorités religieuses."

    "Nous sommes lassés des discours sur la réforme et des replâtrages, lassés des ruses des théologiens. Sans doute est-il temps de lancer un appel à reprendre l’Islam aux théologiens de la "Charia" et à libérer l’Islam lui-même de la "Charia".

    Libérer l’Islam des arsenaux d’une théologie ancienne et des délires des nouveaux théologiens", conclut Raja Benslama.


    source: http://www.kabylienews.com/article.php3?id_article=3114


    Dernière édition par le Lun 18 Sep - 23:22, édité 1 fois


    _________________
    Le discours de Ratisbone Lecrachoirbannirecliquable20xy
    Mara
    Mara
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2019
    Date d'inscription : 10/03/2005

    Le discours de Ratisbone Empty Re: Le discours de Ratisbone

    Message par Mara Lun 18 Sep - 22:46

    très intéressant.
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Le discours de Ratisbone Empty Re: Le discours de Ratisbone

    Message par Prométhée Sam 23 Sep - 12:28

    Je te remercie de finir par cette antidote contre l’islamophobie qu’est l’extrait d’article de Ahmed Alli, qui a le mérite de donnais la parole a ceux que l’on entend qu’extrêmement rarement, a qui la faute ? nos médias ? ou le monde musulman qui a du mal a entendre et encore plus a émettre la critique lorsque celle si est interne ? Je ne saurais y répondre.

    Contenu sponsorisé


    Le discours de Ratisbone Empty Re: Le discours de Ratisbone

    Message par Contenu sponsorisé

      Sujets similaires

      -

      La date/heure actuelle est Jeu 7 Juil - 1:58

      Ne ratez plus aucun deal !
      Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
      IgnorerAutoriser