Basic instinct

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Basic instinct
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où et quand vont sortir ...
Voir le deal

2 participants

    Gipi

    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Gipi Empty Gipi

    Message par Prométhée Lun 1 Jan - 0:13

    Gipi Gipiho4

    Nom civil : Gian Alfonso Pacinnotti
    Année de naissance : 1973
    Lieu de Naissance : Pise
    Profession : Scénariste - dessinateur

    Jusqu'à l'âge de trente ans, Gipi travaille comme illustrateur puis directeur artistique pour la publicité et l'édition. En 1994, il commence de publier des strips dans la presse et connaît très vite un large succès auprès de la critique. Il est aujourd'hui l'un des illustrateurs attitrés du quotidien "La Republica" et dirige des séminaires sur la bande dessinée dans diverses académies des beaux-arts d'Italie. Il est aussi devenu une référence internationale, dont les albums sont publiés en Italie, en France, en Allemagne, en Espagne et aux Etats-unis. "Le Local" est une création inédite pour Bayou. (Source http://www.bdparadisio.com )

    Bibliographie :
    - Appunti per una storia di guerra (Coconino press, 2006), en français : Notes pour une histoire de guerre (Actes Sud BD, Prix René Goscinny 2005, Prix du meilleur album à Angoulême en 2006)
    - Hanno ritrovato la macchina (Coconino press, 2006), en français : Ils ont retrouvé la voiture, Vertige Graphic)
    - Gli innocenti (Coconino press, 2005), en français : Les innocents (Vertige Graphic)
    - Questa è la stanza (Coconino press, 2005), en français : Le local (Gallimard - collection Bayou)


    Blog de Gipi :
    http://www.bacidallaprovincia.com/ (en italien et quelques articles en français)
    http://gipifrance.blogspot.com/ (uniquement en français mais un peu moins complet que le précédent)
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Gipi Empty Re: Gipi

    Message par Prométhée Lun 1 Jan - 0:20

    Gipi Notespourunehistoiredegyg2

    Notes pour une histoire de Guerre

    Auteur : GIPI
    Titre original : Appunti per una storia di guerra
    Titre français : Notes pour une histoire de guerre
    Editeur original : Coconino Press, Bologne
    Editeur français : Actes Sud
    Traduit de l' italien par Hélène Dauniol-Remaud
    Direction artistique : Thomas Gabison
    Publication française : janvier 2005
    Noir et Blanc
    Format : 19,5 x 28 cm
    128 pages
    ISBN 2-7427-5352-4
    Prix indicatif : 22,00 €


    Récompenses :

    - Prix Margouillat 2005 du festival de l’île de la Réunion
    - Prix du meilleur album 2006 par le festival international de la Bande Dessinée d’Angoulème
    - Prix René Goscinny attribué par le JDD (Le Journal du Dimanche)




    La ville fut florissante
    Puis en ruine
    Enfin
    Et c’était incroyable
    Elle fut florissante de nouveau.


    Fort d'une maîtrise stupéfiante de la narration, Gipi use ici d'un dessin rapide et efficace pour cette fable urbaine située dans un futur proche. Trois jeunes sont confrontés à une société de non-droit qui n'a plus d'autre règle que celle du plus fort. Gipi, de son vrai nom Gian Alfonso Pacinnotti, est un enfant des années 1960. Publié pour la première fois en France, il est édité en Italie par Coconino press et a reçu de nombreux prix pour l'ensemble de son œuvre, dont le prix de Naples du meilleur dessinateur italien.



    Les 10 premières pages de la BD :
    http://www.bacidallaprovincia.com/gipifrance/Notes/notes-1.htm



    Arte, le journal de la culture :
    Rencontre avec Gipi (Real video - 3mn26)



    Mon avis : Notes pour une histoire de guerre fut ma première rencontre avec Gipi. Je fut agréablement surpris, j’ai trouvé que l’auteur narrer bien son histoire, et qu’il réussissait à nous faire pénétrer dans son univers. Le dessin sans être dans d’un esthétisme extraordinaire, se révèle très efficace. Quand au scénario, on se demande pendant une bonne partie de l’histoire pourquoi l’on suit ses personnages, mais tout se décante parfaitement au fur et à mesure que l’on avance dans l’aventure. Ce qui m’a le plus marquait dans cette BD c’est le contraste que réussit à créer l’auteur avec son univers. En effet il place le lecteur dans un monde dans lequel il fournit des éléments afin que ce dernier puisse le reconnaitre, mais ne donne jamais aucun repère géographique ou chronologique identifiable. De ce fait, le lecteur est projeter dans un monde qu’il maîtrise, alors qu’il n’est que fiction. Cette histoire, a clairement un sens, mais n’étant pas définie avec précision, je pense que si l’on demandait à différents lecteurs se qui ressort selon eux de cette BD, les réponses seraient diverses. Pour conclure, « Notes pour une histoire de guerre » se révèle être un bon divertissement, à la finalité adaptable en fonction des envies de chacun.


    Dernière édition par le Dim 25 Mar - 2:55, édité 3 fois
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Gipi Empty Re: Gipi

    Message par Prométhée Lun 1 Jan - 0:23

    Auteur et dessinateur de Notes pour une histoire de guerre, prix du meilleur album à Angoulême, Gipi est l’un des principaux représentants du roman graphique italien, un art qui commence à susciter la curiosité en Italie

    Lepetitjournal.com : Quand avez-vous découvert la BD ?
    Gipi : J’étais tout petit. Je crois que j’ai fait un peu comme tout le monde, en commençant par les Disney, puis les super héros comme Marvel, desquels je me suis détaché vers 14 ans. En Italie, des revues importantes comme Cannibale et Il Male étaient alors naissantes et je me suis passionné pour ces histoires "modernes", dures et actuelles.

    Quand avez-vous commencé à dessiner et à écrire des BD ?
    J’ai retrouvé chez mes parents des dessins qui datent de mes 5 ou 6 ans, sur des feuilles que mon père utilisait pour la comptabilité de son commerce. Ils représentent des scènes d’une BD ayant lieu dans le désert, une intrigue entre des bédouins et la légion étrangère.

    Vos BD sont assez noires. Comment voyez-vous le futur ? Etes-vous pessimiste ?
    Je suis probablement réaliste. Je ressens une certaine souffrance du fait de vivre dans ce système économique et médiatique. Mais je suis aussi inconscient et cela me donne des élans d’optimisme. Même si mes histoires ont un environnement sombre, le fait même de dessiner et de raconter m’apparaît comme une réponse heureuse aux difficultés de la vie, un acte de confiance et d’ouverture.

    Quels événements vous ont marqué ?
    Si vous parlez d’événements "historiques", je ne sais pas quoi répondre. J’ai grandi dans la rue, dans une bande de jeunes toujours à la limite de la délinquance. Je ne me suis pas préoccupé de ce qui se passait dans le monde pendant longtemps.

    Que pensez-vous de la BD italienne ?
    Les lecteurs ont été quelque peu conditionnés, ces dernières années, par une forte production de séries, d’influence américaine, qui ont conquis presque tout le marché. On n’associe pas la BD italienne à des thèmes d’adultes. Mais les choses changent. Les grands quotidiens découvrent avec curiosité le travail de nouveaux auteurs, les grandes maisons d’édition découvrent ce que signifie "graphic novel" (NDLR : lire à ce sujet l’article).

    Vendez-vous plus de livres en Italie ou à l’étranger ? Où êtes-vous le plus connu ?
    Le marché italien n’est pas comparable au marché français... Je vends beaucoup plus en France. Mais, en Italie, je suis connu pour mon travail d’illustrateur pour La Repubblica. Je l’aborde sous l’angle de la BD, ajoutant des sons et onomatopées dans les dessins. J’espère ainsi habituer le lecteur à la dimension du récit par les images.

    Quelles BD lisez-vous aujourd’hui ?
    Je ne lis pas beaucoup de BD. Je m’intéresse toujours aux productions des auteurs qui me plaisent comme Igort, David B., Sfar, Baru, Corona, Mattotti, Macola, Nanni et d’autres. Mais mon intérêt se porte principalement sur leur manière d’aborder le récit.

    Vous avez reçu cette année le prix Goscinny et le prix d’Angoulême. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?
    C’est une joie mais aussi une grande préoccupation. J’ai toujours travaillé en ne pensant qu’à l’histoire, sans me demander si elle serait bonne pour tel ou tel éditeur. Je ressens aujourd’hui plus de pression et une forte attente concernant mon prochain livre. Cela m’a paralysé quelques mois. Puis le dessin et l’envie de raconter m’ont fait oublier tout cela et j’avance maintenant avec une certaine sérénité.

    Sur quoi travaillez-vous ?
    S, c’est le titre du livre. C’est un travail vraiment difficile, avec de nombreuses tentatives nouvelles dans la structure et la gestion du temps de la narration. Il s’agit aussi un cheminement douloureux car l’histoire s’inspire de la vie de mon père, de sa vision du monde. Je l’ai commencée peu de jours après sa mort, il y a un an et demi. J’ai ensuite arrêté, c’était trop dur. J’ai repris le récit après un an, j’en ai modifié certains aspects pour le rendre plus léger. Je pense qu’il sera terminé vers le mois d’octobre, si tout va bien et si le dieu du dessin ne m’abandonne pas…

    Propos recueillis par CG - LPJ Milan - 23 juin 2006
    Interview de Gipi extraite du « petit journal.com » dont le lien est :
    http://www.lepetitjournal.com/
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Gipi Empty Re: Gipi

    Message par Prométhée Lun 1 Jan - 0:26

    Inconnu en début d'année, Gipi est pour beaucoup (et pour moi) l'auteur de l'année. Cette année, 4 perles sont sorties : "Notes pour une histoire de guerre", "Les innocents", "Le local" et "Extérieur Nuit". A chaque fois, je me suis pris une grosse claque. Il a raflé plusieurs prix et son "Notes pour une histoire de guerre" est nominé comme meilleur album au festival d'Angoulême. Alliant un style graphique très particulier et un sens narratif incroyable, il fait maintenant partie indubitablement des auteurs à suivre de très près. Un petit interview s'imposait.


    Nis - Sur votre blog, on peut voir que votre première bande dessinée répertoriée date de 1997 (Storie Varie). Je crois que vous avez plus ou moins 40 ans ...

    Gipi - Oui, j'ai 42 ans.


    Nis - Pourquoi avez-vous commencé à écrire des bandes dessinées si tard ?

    Gipi - Tout d'abord parce que je suis un inconscient. J'ai commencé à publier en 1994, dans une revue satirique italienne assez connue (aujourd'hui disparue), qui s'appelait "Cuore" (Coeur). Je ne faisais pas de vrais strips satiriques mais plutôt des histoires autobiographiques racontant le monde dans lequel j'ai grandit et représentant également, selon moi, un miroir "politique" de la société italienne. Je n'ai pas pensé faire de livre avec mes histoires avant 2000, année où j'ai rencontré l'auteur et éditeur Igort et sa maison d'édition Coconino. Je dessinais des histoires pour moi : quatre des histoires contenues dans Extérieur Nuit avaient été faites uniquement par passion, sans l'ambition d'être publiées. Igort a vu une des ces histoires et m'a demandé si j'en avais d'autres pour en faire un livre. J'en avais quelques unes et, après avoir dessiné "Muttererde" spécialement pour le livre, la version italienne d'Extérieur Nuit est sortie. Je croyais que personne ne le lirait et je m'attendais à un fiasco total. Au contraire, le livre a obtenu des prix, la reconnaissance critique et du public. J'ai compris à quel point les livres étaient importants, j'ai vu qu'ils avaient une vie bien à eux. Cela m'a plu et j'ai eu l'envie d'en faire d'autres Smile


    Nis - Comment avez-vous découvert les bandes dessinées ?

    Gipi - Par Igort, qui d'éditeur est devenu un ami. Je n'avais jamais été un grand lecteur de bandes dessinées et je connaissais très peu d'auteurs. Maintenant j'essaie d'y remédier, en regardant les travaux des autres et surtout en rencontrant d'autres auteurs (ce qui me plaît beaucoup). Je vis depuis huit ans dans une maison au milieu d'un bois, à flanc de colline. Je suis le seul dessinateur dans un rayon de 120 kilomètres. Pendant des années je n'ai fréquenté personne et je n'ai pas eu l'occasion d'échanger des idées et des opinions sur le dessin. Maintenant, les choses ont beaucoup changé, naturellement.


    Nis - Maintenant lisez-vous des bandes dessinées ? Y a-t-il des auteurs qui vous influencent ?

    Gipi - Je ne lis pas de bandes dessinées, ou alors très rarement. Je ne lis même pas les miens, ou alors uniquement pendant la réalisation et une seule fois, tout à la fin, avant de l'envoyer à l'impression (et à chaque fois j'ai une crise en pensant que j'ai fait un travail exécrable). Cependant, j'admire et je suis le travail de beaucoup d'auteurs que j'ai découverts ces trois dernières années : David B., Sfar, Igort, Baru, Matt Broersma, Nilsen, Mattotti, Spiegelmann... et beaucoup d'autres. Bref, les meilleurs Smile Mais surtout, c'est le "rapport à l'histoire" qu'ont ces auteurs qui m'intéresse. C'est comme si j'étais plus intéressé par la méthode/l'approche du travail que par le travail en lui-même. Par exemple, j'ai vu Sfar dessiner dans un bistrot à Paris, et sa légèreté m'a illuminé. Je suis fasciné par la passion pour les histoires.


    Nis - Vous êtes également cinéaste. Le cinéma a-t-il une influence dans votre travail ?

    Gipi - Pendant quelques années j'ai réalisé des courts métrages, et j'ai aussi fait deux longs métrages d'une heure chacun. Mais je ne peux pas me définir comme réalisateur. Utiliser une caméra et tourner de petits films est avant tout un jeu. Même si les idées de départ sont souvent sérieuses, le déroulement est presque toujours comique et ironique. Lors de la prise de vue il se passe quelque chose de très différent du travail que je fais avec les bandes dessinées (où le travail naît en une partie plus complexe de mon être). Le travail fait avec ce mini-cinéma m'a fortement aidé à la compréhension du temps et des cadrages et maintenant, lorsque je dessine, je me rend compte de tout ce que cela a impliqué pour mon dessin et pour le rythme que je donne à mes histoires.


    Nis - Quels sont vos projets maintenant ? D'autres livres vont-ils sortir en 2006 ?

    Gipi - Je viens d'achever le second album de la série "baci dalla provincia" (le premier était "les innocents") qui sera présenté dans quelques jours par Vertige/Coconino, au festival d'Angoulême. Je suis assez content du résultat. C'est une histoire très dure et je suis content d'être revenu à un peu de méchanceté après la douceur de "le local". Après je prendrai un peu de repos. Je n'ai plus quitté ma table depuis presque six ans et n'ai plus été en vacances depuis 5. J'aime dessiner, peut-être plus que tout, mais je me sens très fatigué et l'année passée a été difficile, sentimentalement parlant également. Je dois me reposer. Je dois me reposer. Je dois me reposer. Même si, en réalité, j'ai en tête un nouveau livre, à dessiner d'un seul jet, en noir et blanc, sur une base autobiographique "adaptée". J'ai déjà écrit et dessiné le premier épisode, qui s'appelle "i due funghi" ("les deux champignons") et qui pourra être lu par les lecteurs français achetant la revue autoproduite qui le publiera : Canicola n. 3 ("Canicule n. 3") qui sortira (et sera disponible) à Angoulême. C'est un beau journal fait par deux jeunes auteurs qui m'ont demandé de faire une histoire. J'ai été content de la faire et je considère "i due funghi" comme une des meilleures choses que j'ai faites. Maintenant j'ai le second chapitre à travailler, et j'en ai d'autres en tête. Je crois que ces différentes parties seront collectées en un nouveau volume dans les prochains mois. mmmmmm.... J'avais dit que je devais me reposer Smile

    Merci à Gipi et à Docteur Paul pour sa super traduction !
    Interwiev de Gipi par Nis, disponible sur son blog dont le lien est :
    http://bdinde.blogspot.com/
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Gipi Empty Re: Gipi

    Message par Prométhée Lun 1 Jan - 0:28

    Exemple d’histoires Verticales que l’on peut lire sur le bloc :

    Le Bon

    Gipi Lebonbdverticalesy5
    Gipi Lebonbdverticale2gf1
    Gipi Lebonbdverticale3mg0
    Mara
    Mara
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2019
    Date d'inscription : 10/03/2005

    Gipi Empty Re: Gipi

    Message par Mara Dim 14 Jan - 22:48

    Gipi IlsOntRetrouveLaVoiture_31012006
    ou Baci della provincia

    Je viens de lire celui-ci sur les conseils avisés de ce topic.

    L'oeuvre tient en 34 pages, autour de 4 personnages.
    Un personnage est appelé en pleine nuit, au téléphone et il entend "ils ont retrouvé la voiture". Son passé ressurgit et la road story commence...
    Cette BD est classée dans les "thrillers" par plusieurs sites internet dévolus à la BD et je trouve l'appellation excessive.
    On y retrouve une certaine vision de la violence, de la désillusion. Peu de dialogues, une intrigue simple, et pas mal de poésie en fin de compte. La voix off donne une dimension supplémentaire à la narration, elle est utilisée de façon très habile.

    Je suis allée vers ce livre pour tenter de nouveau de lire une bd de Gipi, parce que de prime abord son dessin m'avait vraiment rebutée, et je n'étais pas parvenue à entrer vraiment dans cet univers. Après cette première vraie lecture, je suis toujours aussi peu séduite par son graphisme en ce qui concerne les personnages, mais tu as raison quand tu dis que ce n'est pas un obstacle majeur.
    Reste que certaines planches de ce livre, à l'aquarelle, représentant uniquement un tableau du paysage nocturne, sont de vraies merveilles.



    Une citation pour finir :
    "A peine deux mille ans qu'on parle du Christ. Pense à ça deux secondes". Dit l'homme qui ne croit en rien. "En admettant que l'enfer existe, il y a quatre-vingt-dix chances sur cent qu'il soit encore en construction".


    Dernière édition par le Dim 14 Jan - 23:02, édité 1 fois
    Mara
    Mara
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2019
    Date d'inscription : 10/03/2005

    Gipi Empty Re: Gipi

    Message par Mara Dim 14 Jan - 22:56

    Doublon, j'ai cité au lieu d'éditer... désolée pour ce bazar sur ton topic Prom'
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Gipi Empty Re: Gipi

    Message par Prométhée Mar 23 Jan - 21:08

    bise Salut Mara,
    Des que je me serais procurer "Baci della provincia", je reviens en parler avec toi.
    Prométhée
    Prométhée
    arnaqueur de haut post


    Nombre de messages : 2053
    Date d'inscription : 11/03/2005

    Gipi Empty Re: Gipi

    Message par Prométhée Sam 12 Mai - 16:53

    Gipi Scouverturegy4



    Titre : S.
    Titre Original : S.
    Scénario : Gipi
    Dessin : Gipi
    Edition : Vertige Graphic – Coconino Press
    Collection : Moby Duck (S. est le premier ouvrage de cette collection)
    Traduit de l’italien par Hélène Dauniol-Remaud
    Date de parution : Novembre 2006
    Format : 16,4 x 23,8
    112 pages
    Couleurs
    ISBN : 2-84999-042-6
    Prix indicatif : 17€

    S. dit qu'il n'y a rien de mieux que d'aller en bateau, en mer, et de pêcher des poissons et de les cuire dans le cockpit du bateau et ensuite de fumer un cigare et de boire du vin et de s'allonger, à l'ombre, et dormir.

    Les dix premières pages de la BD :
    http://www.bacidallaprovincia.com/gipifrance/S/S-0.htm


    Mon avis : Cette première édition de la collection Moby Duck, est une réussite en ce qui concerne la présentation, alliant un format maniable et belle qualité de papier. En ce qui concerne le contenu, mon avis est beaucoup plus partagé. Certes Gipi fait preuve dans cette ouvrage d’une narration très orignal, qui s’accorde bien au sujet traité. Le souvenir et les rapports familiaux, thèmes principaux de S., y sont abordés avec justesse, et de façon intéressante. Cependant j’y ai trouvé certaines longueurs, et en apprenant à la fin que S. était le père de Gipi, j’ai resenti un coté voyeur.
    La lecture de S. reste cependant une étape essentielle, pour tous ceux qui s’intéressent à l’œuvre de Gipi, car elle nous en donne certaines clés.

    Contenu sponsorisé


    Gipi Empty Re: Gipi

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 4 Juil - 3:43

      Ne ratez plus aucun deal !
      Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
      IgnorerAutoriser