Basic instinct

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Basic instinct
Le Deal du moment :
Le Tome 41 de Berserk sort dans une semaine : faut-il ...
Voir le deal

2 participants

    Sidi Ahmed: le sang et l'encre

    Maldoror
    Maldoror
    Posteur


    Nombre de messages : 348
    Localisation : En demande d'asile poétique
    Date d'inscription : 10/03/2005

    Sidi Ahmed: le sang et l'encre Empty Sidi Ahmed: le sang et l'encre

    Message par Maldoror Sam 25 Juin - 0:20

    Derrière mon écran, dans le crépuscule caniculaire de ce début de siècle, larvé comme tant d’autres dans le drapé impeccable de la contestation virtuelle, j’espère un pays où le fait divers et la politique cesseraient d’assurer mutuellement leur subsistance...

    Le sang a toujours fait couler l’encre, la plus noire qui soit, de celle qui obscurcit invariablement la pensée. Le fait divers reste pour nombre de médias une manne émotionnelle qui permet de réintroduire les présupposés qui font appel à ce qu’il y a de plus bas, de plus accessible dans l’opinion dite publique.
    Le traitement médiatique de la mort de Sidi Ahmed n’a pas fait exception à cette règle implacable, norme journalistique qui consiste à métamorphoser la tragédie humaine en cause nationale. Pas un média au cours de ces derniers jours qui ne se soit employé à susciter la solidarité forcenée, à baliser l’itinéraire de la pensée. Ces orientations volontaires ne résident pas tant dans l’énoncé des faits même que dans la narration de leur contexte.
    Pour exemple, l’article de Pascal Ceaux dans Le Monde du 21 juin 2005 exposait, en surplus du drame, deux réalités incontestables, mais qui fournissaient les indices d’un symptôme récurrent de la manufacture des opinions, de cette économie de l’information visant à assurer la diffusion de ses contrefaçons désormais institutionnelles.
    Ainsi, le journaliste s’attarde sur la description du parcours scolaire exemplaire de l’enfant, allant jusqu’à préciser "qu’il n’avait jamais pris part à une bagarre" et conclut son article en précisant que "la barre Balzac où résidaient la victime et sa famille est l’un des derniers bâtiments de la Cité des 4000 à ne pas avoir été rénové". Ces deux éléments, imposés par la force impérieuse des rotatives, supposés faire partie intégrante de l’information, révèlent à eux seuls les mécanismes et relèvent de l’uniformisation de la pensée. Car, en définitive, ils ne participent pas de la volonté de savoir mais bien du désir de se faire l’écho d’un contexte émotionnel propre à anticiper l’instrumentalisation d’une tragédie.

    Evoquer l’exemplarité d’un enfant fraîchement tombé sous des balles qui ne lui étaient pas destinées suggère une fois de plus qu’il y a des victimes plus défendables que d’autres, qu’il est des morts plus méritants que certains aux yeux de la justice. Comme si le meurtre d’un enfant n’était plus en soi un évènement suffisamment ignoble pour susciter la compassion du lecteur.

    Rappeler l’état de la Cité où s’est déroulé "l’incident", ou "l’échauffourée"(pour reprendre les termes du maire de la Courneuve entendus sur France Info), renvoie à un discours éculé qui tend pourtant à trouver dans les pages du Monde la réaffirmation de sa validité : à savoir que le contexte socio-économique est susceptible de tout expliquer, de clore l’effroi suscité en livrant prétendument les dernières clés de la compréhension. Il ne s’agit au final que de fournir l’alibi idéal à toutes les charognes qui viendront piller sur le cadavre de Saïd Ahmed la matière première du discours populiste, toutes tendances politiques confondues.

    Pour un peu, on en oublierait presque que faire usage d’une arme à feu relève du libre arbitre et non du seul contexte socio-économique. Qu’il ne s’agit pas d’un énième dommage collatéral d’une situation institutionnelle ni même conjoncturelle...Qu’il serait salutaire de cesser de vouloir éternellement reconstruire une chimérique chaîne des responsabilités, et imputer les crimes à leurs seuls auteurs, enfin. Que la sentence du juge ne soit plus le prélude à celle du peuple, mais sa consécration unanime.


    _________________
    Sidi Ahmed: le sang et l'encre Lecrachoirbannirecliquable20xy
    Shogun
    Shogun
    tokugawa spirit


    Nombre de messages : 4750
    Age : 38
    Date d'inscription : 10/03/2005

    Sidi Ahmed: le sang et l'encre Empty Re: Sidi Ahmed: le sang et l'encre

    Message par Shogun Lun 12 Sep - 16:22

    Lancé par TF1 en 1993, Sans aucun doute est depuis toujours consacré aux abus, et mène la vie dure aux escrocs. Cette formule gagnante de l’émission fait toujours les beaux soirs de la chaîne privée. Malgré l’arrivée de Marc-Olivier Fogiel et de son On ne peut pas plaire à tout le monde, l’émission ira même jusqu’à avoisiner les 50% de part de marché. Lors de sa spéciale sur les sectes, en février 96, Sans aucun doute, qui a pour l’occasion les honneurs du prime time, est alors suivie par plus de 10.5 millions de téléspectateurs.

    Avec le succès de son programme, Julien Courbet se voit propulsé à de nombreuses reprises à 20h50 dans le domaine du divertissement, avec Parlez-moi d’amour, Si on chantait en 1995/1996, émission de variété dans laquelle Filip et Adel des futurs 2B3 ont participé au concours de mannequin, Les enfants de la guerre, émission évènement pour l’association de Pavarotti, Quel Cirque ! en 1997 ou Intervilles 98 aux côtés de Jean Pierre Foucault, Laurent Mariotte et Delphine Anaïs. Champion des deuxièmes parties de soirée, Julien Courbet ne réussit pourtant pas à convaincre le grand public sur le divertissement en prime time.

    Il crée alors sa propre société de production, Quai Sud Télévision, filiale à 60% de GLEM, la société de Gérard Louvin.

    Avec Quai Sud, TF1 lui redonne sa confiance pour animer en alternance les mercredis et vendredis soirs. Naissent Les Mariés de l’an I, Succès, Les 7 péchés capitaux, concept directement tiré du film Seven de David Fincher, Le coach avec Ness, et le dernier en date, le champion de la télé, le 5 avril dernier où 5.7 millions de téléspectateurs ont préféré ce nouveau jeu de Julien Courbet au Grand Blind Test de Thierry Ardisson.

    Dans le même temps, côté production, il fait notamment découvrir au grand public Géraldine Carré avec ses Confessions intimes, avant de lui confier l’Enfer de la nuit, le temps d’un été, et Ca peut vous arriver en 2001, après qu’il eut animé la première. Dernièrement, Julien Courbet a produit Les 10..., animé par Serena la gagnante de Nice People.

    Homme de télévision, Julien Courbet n’a pas pour autant quitté la radio et ses premiers amours... En effet, en 1994, Jean-Pierre Foucault, alors directeur des programmes de RMC, le choisit pour animer les matinales. Julien Courbet, transfuge de NRJ, présente Radio Monté Courbet puis Julien Courbet et les bonimenteurs. Il rejoint ensuite l’antenne de RTL où il anime toujours Ca peut vous arriver, dont s’est inspirée l’émission du même titre. Au fil des mois, Julien Courbet a hissé son Ca peut vous arriver au rang d’émission la plus écoutée de France.

    Et Julien Courbet ne s’arrête pas là. Après un échec dans la restauration en région bordelaise, il co-dirige aujourd’hui une discothèque, le Méga Macumba à Mérignac, et a déjà signé son autobiographie : Otez-moi d’un doute, parue en 2001 aux éditions 1. Julien Courbet est décidément un homme de tous les médias...



    merci julien


    _________________
    ano sumimasen paspotuga otimashitayo !

      Sujets similaires

      -

      La date/heure actuelle est Jeu 7 Juil - 0:37

      Ne ratez plus aucun deal !
      Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
      IgnorerAutoriser